Gouvernement israélien : Sharon à la merci des travaillistes





Le Premier ministre israélien de droite Ariel Sharon a invité lundi l'opposition travailliste à rejoindre son cabinet alors qu'Israël se retrouve sur le banc des accusés pour son insistance à construire le "mur" en Cisjordanie. Le Quotidien-Agences Sharon a rencontré le "numéro un" travailliste Shimon Peres et lui a proposé d'ouvrir au plus tôt des discussions officielles sur les conditions d'entrée des travaillistes au cabinet, selon un porte-parole travailliste. La première rencontre officielle a eu lieu hier. Le Premier ministre compte sur l'appui des travaillistes pour s'assurer l'aval du Parlement à son plan de retrait de la Bande de Gaza, fortement contesté à droite. Il mise aussi sur le prestige dont Peres jouit à l’étranger lui qui reçut le prix Nobel de la paix pour son rôle dans les accords d'Oslo avec les Palestiniens (1993). Sharon a exprimé avant-hier son inquiétude après la condamnation sans appel de la barrière de séparation israélienne en Cisjordanie par la Cour internationale de justice (CIJ) de la Haye. "Un vent mauvais souffle sur Israël de par le monde et s'agissant de la CIJ c'est un véritable ouragan", a-t-il déclaré lors d'une consultation interministérielle qui a décidé de la poursuite de la construction de cet ouvrage. Il a estimé qu'il était encore plus urgent pour Israël de reprendre l'initiative en exécutant son "plan de séparation" d'avec les Palestiniens. Deux émissaires de la Maison-Blanche, Stephen Hadley et Elliott Abrams, ont d'ailleurs rencontré le Premier ministre palestinien Ahmad Qoreï à Ramallah (Cisjordanie) puis Sharon à Al-Qods occupée après l'avis de la CIJ. L'opposition travailliste est désireuse de rejoindre le gouvernement mais demande qu'Israël accélère son retrait de la Bande de Gaza et décide d'un calendrier d'évacuation ferme et précis des 21 colonies de ce territoire, prévu pour 2005. La répartition des portefeuilles risque de poser problème, car pour accueillir les travaillistes au gouvernement, Sharon va devoir obliger des ministres de son parti, le Likoud, à renoncer à certains postes. Les travaillistes réclament des ministères importants comme celui des Affaires étrangères, alors que son titulaire actuel Sylvan Shalom (Likoud) n'est pas disposé à renoncer à ce poste. L'entrée des travaillistes se heurte en outre à une forte opposition au sein du Likoud, la base et une partie de la direction étant hostiles à la fois à cette éventualité et au retrait de la Bande de Gaza. Peres est en revanche assuré de l'appui de la majorité de son parti dont le bureau politique a été convoqué pour aujourd’hui afin d'entériner l'ouverture des négociations. Le Premier ministre israélien n'a plus de majorité au Parlement depuis l'adoption début juin par son cabinet de la décision de principe d'évacuer avant fin 2005 la bande de Gaza, ainsi que 4 colonies isolées du nord de la Cisjordanie. Sur le papier, il ne dispose plus que du soutien de 59 députés sur 120 et doit faire face régulièrement à des motions de censure de l'opposition. Le Premier ministre israélien a menacé le groupe parlementaire de son parti Likoud (droite) d’appeler à la tenue d’élections anticipées s’il ne soutient pas le gouvernement lors des motions de censure à la Knesset et refuse un gouvernement de coalition. _______________ * Un handicapé palestinien tué Un handicapé palestinien de 75 ans est mort tôt hier sous les décombres de sa maison rasée par l’armée israélienne dans la Bande de Gaza. Le corps d’Ibrahim Khalafala a été découvert sous les décombres de sa maison dans la localité de Khan Younès (sud de la Bande de Gaza), peu après la destruction de celle-ci par l’armée israélienne lors d’une incursion menée avant l’aube.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com