Le Bêtisier/ Anis Ben Smaïl, 21 ans, 1ère année sciences de gestion : Clean in extremis





Mes parents ont l’habitude de passer les week-end en dehors de la maison. Le plus souvent ils se déplacent à Sousse puisque nous sommes originaires de cette région. En mai dernier, ils ont plié bagages. Nous avions l’habitude de partir ensemble mais comme j’en avais un peu marre des sorties en famille, je suis resté à la maison. C’était un vendredi, il faisait très beau ce jour-là. Mes parents étaient déjà partis depuis une bonne heure. C’était pour moi le bonheur de me retrouver seul à la maison. J’ai donc voulu profiter de l’absence des parents pour organiser une petite fête, chose que je ne pourrai jamais faire en leur présence. J’ai passé des coups de fil à mes copains. Chacun a ramené des boissons et de «la bouffe». Je me suis chargé de la musique. Nous avons vidé le salon pour avoir plus d’espace. C’était un peu le «capharnaüm» mais on s’amusait. Je me sentais très cool puisque mes parents n’allaient débarquer que dans deux jours. Ironie du sort, je reçois un coup de fil des parents pour me dire qu’ils ont fait demi-tour. La voiture n’était pas en état de poursuivre la route. C’était la catastrophe. Je ne savais quoi faire de tous mes amis. C’était ridicule de leur gâcher l’après-midi. Et puis mes parents vont me tuer s’ils trouvent la maison dans un tel état. J’ai demandé gentiment à mes copains de remettre de l’ordre et de quitter les lieux le plus rapidement possible. Tout était «clean» comme ils l’ont laissé. C’était tellement propre qu’ils ne c’étaient rendus compte de rien jusqu’à ce jour.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com