Crise avec l’Onu : Les Palestiniens rectifient le tir





Les responsables palestiniens tentaient hier de minimiser une crise sans précédent avec l'Onu, avant un débat aux Nations unies sur la barrière construite par Israël en Cisjordanie et déclarée illégale par le Cour internationale de Justice (CIJ). Le conflit porte sur les critiques très dures formulées par l'envoyé spécial des Nations unies au Moyen-Orient, Terje Roed-Larsen, contre le dirigeant palestinien Yasser Arafat. Le Quotidien-Agences Les déclarations de celui qui a été un des principaux artisans des accords d'autonomie conclus entre Israël et l'OLP en 1993 ont provoqué la colère des Palestiniens, au point que Roed-Larsen a été pratiquement décrété persona non grata dans les territoires occupés. Le secrétaire général de l'Onu Kofi Annan a soutenu à fond son collaborateur en affirmant qu'il avait parlé en son nom. Pour tenter de dédramatiser cette affaire, l'ambassadeur palestinien à l'Onu, Nasser Al-Kidwa, a assuré: "nous ne chassons personne, aucune décision quelconque n'a été prise à ce sujet". "Plusieurs communiqués palestiniens ont été publiés pour montrer leur colère, mais ces communiqués ne reflètent aucune prise de décision sur le statut légal de Roed-Larsen", a-t-il ajouté. "Nous n'avons pas de problème avec l'Onu mais avec Roed-Larsen, qui a ignoré le fait que l'occupation et l'agression israéliennes nous ont empêché de procéder à des réformes en matière de sécurité", a affirmé Hassan Abou Libdeh, chef du bureau du Premier ministre Ahmad Qoreï. De leur côté, les Brigades des martyrs d'Al-Aqsa, groupe armé lié au mouvement Fatah de Yasser Arafat, ont annoncé qu'elles interdiraient l'entrée des territoires occupés à l'émissaire de l'Onu, qualifié "d'ennemi du peuple palestinien". Des responsables israéliens se sont félicités de cette tension entre les Palestiniens et l'Onu. "Roed-Larsen, depuis longtemps un supporter de Yasser Arafat, a enfin compris à qui il a réellement affaire. (Arafat) n'est pas seulement un chef terroriste, il est aussi à la tête d'un empire du mensonge, de la tromperie", a prétendu un proche collaborateur du Premier ministre Ariel Sharon. A noter qu’au Liban, quelque trois mille réfugiés palestiniens, rassemblés dans la ville de Tyr, ont conspué l’envoyé spécial de l’Onu au Proche-Orient pour ses vives critiques contre Arafat. «Sharon-Larsen, une même monnaie contre les Palestiniens», pouvait-on lire sur un portrait montrant côte-à-côte le Premier ministre israélien Ariel Sharon et Roed-Larsen. Sur le terrain, 18 Palestiniens, dont deux jeunes femmes, ont été arrêtés par l’armée israélienne en Cisjordanie, selon des sources militaires israéliennes et sécuritaires palestiniennes.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com