Festival International de Hammamet : La poursuite impitoyable de soi





Défi posé à l’être humain, depuis des temps immémoriaux, «La recherche de soi», autre titre de la pièce de théâtre de «Personnages» «Choukhouss» en arabe, de Ali Khmiri présentée, hier, dans le cadre des spectacles du Festival International de Hammamet continue à nous obséder. L’acteur-metteur en scène du terroir a explicité dans cette pièce, cette quête fiévreuse, en partant du vécu, dans un monde confronté à la mondialisation. La mise en scène de cette pièce est pourtant très simple, mais le message que veut véhiculer Ali Khmiri, est complexe, philosophique et s’inscrit dans la chair de l’existence. Des bombes s’explosent en Irak, des assassinats sont perpétrés en Palestine. Tout cela a donné lieu à des séquences sombres, projetées par intermittence dans une respiration haletante. Cela a constitué autant de paramètres pour la quête de soi. Cette quête de soi, qui devient d’autant plus difficile que, dans le vécu quotidien, les hommes et les femmes, ont du mal à retrouver leurs repères. Chacun révèle, à cet effet, le défaut de la cuirasse. L’élément féminin se montre de plus en plus plein d’attraits, tentateurs, piégeant les hommes, tandis que ces derniers ont recours à la frime, l’exhibition matérielle, le mensonge. Et puis s’instaurent, entre les deux sexes, un manque de confiance, une atmosphère désenchantée. Ce déficit de confiance s’empare aussi des autres domaines de la vie à telle enseigne que la recherche de soi devient une utopie, dans un monde, un monde représenté par un décor moins solide qu’on le croit, puisqu’il symbolise la mondialisation où la confiance, l’entente, l’union ne sont plus qu’un souvenir. C’est d’ailleurs à ces valeurs que les jeunes protagonistes, Abderrahmen Chikhaoui, Ibrahim Ben Ammar, Wahida Ferchichi et Hana Guaidi, invitent l’assistance, le monde. Le moins qu’on puisse dire est que, Ali Khmiri a fait son retour de metteur en scène, après douze ans d’absence, en s’attaquant au vif d’un sujet, très délicat à savoir plus de justice, d’équité, de responsabilité pour une nouvelle confiance, dans un temps nouveau et un siècle neuf. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com