Le mur à l’ordre du jour de l’ONU : Israël s’attend au pire





L’ambassadeur d’Israël aux Nations unies a prévu hier une très rude bataille à l’ONU contre l’avis de la cour internationale de justice concernant le mur israélien. Le Quotidien - Agences “Nous allons devoir mener une très rude bataille face à la majorité immorale dont dispose, à l'assemblée générale, les pays arabes et musulmans ainsi qu’un certain nombre d’Etats non démocratiques”, a prétendu l’ambassadeur à la radio publique. “Nous tentons d’obtenir un soutien de la minorité morale pour contrer la résolution qui veut forcer Israël à suivre l’avis de la CIJ”, a-t-il ajouté. Selon lui, cette “minorité morale”, représente notamment les pays européens qui n’avaient pas voté en décembre dernier, en faveur d’une consultation de la CIJ à propos de cette ligne. Il s’est déclaré par ailleurs “convaincu” que les Américains, “quel que soit leur président”, imposeront un veto à toute résolution au conseil de sécurité exigeant d’Israël de suivre l’avis de la CIJ. Au nom des pays arabes membres de l’ONU, la Jordanie a convoqué une réunion de l’assemblée générale en vue de condamner Israël pour son rejet de l’avis de la CIJ. L’assemblée générale extraordinaire avait adopté le 21 octobre dernier par 144 voix pour, 4 contre, (Etats-Unis, Israël, Iles Marshall et Micronésie), une première résolution “exigeant qu’Israël arrête et inverse les travaux de construction du mur”. Les résolutions de l’assemblée, contrairement à celles du Conseil de sécurité ne sont pas contraignantes. Elle avait saisi le 8 décembre la CIJ de la ligne de séparation en votant une résolution par 90 voix pour, 8 contre, et 74 abstentions, dont celles des pays membres de l’Union Européenne. Ces pays, qui s’opposent également à la construction de la ligne en Cisjordanie, ne souhaitaient pas une intervention de la CIJ. La CIJ, principal organe juridique de l’ONU, a jugé le 9 juillet que la barrière de séparation était illégale, réclamant son démantèlement et le versement de réparations aux Palestiniens lésés par sa construction. Le Premier ministre israélien Ariel Sharon a rejeté le jugement de la CIJ et ordonne la poursuite des travaux de construction de cette barrière. ______________ * Visites touristiques au mur ! Le nouveau ministre israélien du Tourisme Gideon Ezra a suggéré hier que des visites soient organisées le long de la barrière qu’Israël érige en Cisjordanie afin de «sensibiliser les touristes aux problèmes sécuritaires du pays». «La barrière de sécurité a besoin d’être accompagnée de visites pour les touristes», a déclaré Ezra Gideon au quotidien anglophone «Jérusalem Post». D’après le journal, l’idée du ministre est de fournir aux touristes «tous les moyens pour comprendre les problèmes de sécurité de la nation».


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com