Retrait de Gaza : Sharon recourt à l’argument démographique





Le Quotidien - Agences Le Premier ministre israélien Ariel Sharon a averti qu’Israël ne pourrait préserver son caractère “juif et démocratique” en gardant la Bande de Gaza, a rapporté hier la radio israélienne. “Nous ne pourrons préserver le caractère juif et démocratique de l’Etat en continuant à régner sur un million de Palestiniens” de la Bande de Gaza, a déclaré Sharon dans un discours à l’école de guerre. C’est la première fois que Sharon présente de façon aussi publique et aussi nette cet argument, avancé en règle générale par l’opposition travailliste, pour justifier son “plan de séparation” d’avec les Palestiniens. “Nous ne pouvons pas ignorer les considérations démographiques”, a ajouté Sharon en allusion au fait que les Palestiniens sont en passe de devenir majoritaires entre la Méditerranée et le Jourdain. Selon les projections démographiques, les Juifs, actuellement 5,2 millions seront en minorité d’ici à la fin de la décennie sur le territoire qui comprend Israël, la Cisjordanie et la Bande de Gaza. Sharon a souligné que pour préserver des implantations en Cisjordanie, Israël devait renoncer à celles de la Bande de Gaza, conformément à son plan de retrait de Gaza qui prévoit le démantèlement de ses 21 colonies d’ici l’automne 2005. “Quiconque croit qu’on peut garder à la fois Netzarim (dans la Bande de Gaza) et Maâle Adoumim (ville à l’Est d’Al-Qods en Cisjordanie) finira par perdre les deux”, a mis en garde Sharon. La presse israélienne relevait hier que ces prises de positions étaient conformes à celles de l’opposition travailliste que Sharon a invitée à rejoindre son gouvernement. Néanmoins, des responsables travaillistes ont exprimé hier un mécontentement croissant sur la façon dont Sharon mène les discussions à ce sujet.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com