Tourisme intérieur : Et si les associations s’impliquaient davantage?





Tunis-Le Quotidien Le renforcement du tourisme local constitue un objectif réalisable si les milliers d’associations professionnelles et autres s’impliquent en vue de trouver les formules adéquates et ancrent la tradition des vacances annuelles. Mais beaucoup de travail reste à faire. Selon les derniers chiffres officiels, la reprise se confirme dans le secteur touristique. Le nombre de nuitées par rapport à la même période de l’année écoulée est encourageant. Les nuitées cumulées laissent apparaître une augmentation de 17,5% avec un volume de 8 213 893 nuitées par rapport à la période du 1er janvier au 20 mai 2004. Le secteur du tourisme tunisien assure ainsi une nette reprise avec l'entrée de 2.440.000 touristes au 1er semestre 2004, soit une augmentation de 23% par rapport à la même période de 2003, selon des chiffres de l'Office national du tourisme tunisien (ONTT) Les chiffres confirment une embellie malgré une conjoncture internationale des plus difficiles. Avec plus de 5 millions d’entrées enregistrées annuellement, le secteur du tourisme a généré un revenu appréciable en devises de plus de 2000 MD en 2001 et plus de 900 millions de dinars durant le premier semestre de l’année 2003. Lors de la célébration de la journée nationale du tourisme, M. Zouari a parlé de la nécessité de renforcer le créneau du tourisme interne dont les rentrées doivent atteindre les 30% du secteur du tourisme en général. Actuellement les chiffres se situent autour de 10% d’une façon générale et demeurent en deçà des objectifs à réaliser. Durant l’année 2001, le nombre total de nuitées passées par les Tunisiens est de presque 2500. L’objectif fixé par les autorités compétentes est d’atteindre les 9000 nuitées. Beaucoup de travail reste à faire à ce propos pour permettre au tourisme intérieur de devenir un segment à part entière de l’industrie touristique en général. Lorsqu’on sait qu’en Espagne et en France, le tourisme intérieur génère 30% des recettes touristiques, l’on est en droit de penser que nos hôteliers gagneraient à s’investir davantage dans ce créneau porteur. D’aucuns pensent à ce propos que les prix moyens d’une nuitée restent relativement élevés par rapport au salaire du Tunisien moyen. Quelles que soient les promotions offertes, le vacancier tunisien n’est pas en mesure de dépasser un certain plafond. Il faudrait donc prendre en considération cette réalité en proposant des prix étudiés qui préservent les intérêts de l’hôtelier et ménagent le budget du touriste tunisien. Ce dernier, évolution du niveau de vie aidant, semble de plus en plus enclin à prendre des vacances et à séjourner dans des hôtels. Il s’agit donc de donner une impulsion à ce nouvel élan pour en faire une tradition bien ancrée profitable à toutes les parties surtout que le Tunisien est connu pour être bon vivant et dépensier. Dans cette perspective, les centaines d’associations qui font florès en Tunisie doivent être mises à contribution. Les mutuelles et les organisations professionnelles peuvent être à ce propos d’un apport très positif en organisant au profit de leurs adhérents des vacances à des prix étudiés, avec la collaboration des hôteliers comme cela se pratique d’ailleurs dans d’autres contrées. Cette stratégie porteuse permet à tout le monde de trouver son compte et de concilier l’utile à l’agréable. Cette approche est d’autant plus conseillée qu’elle permet de résoudre d’épineux problèmes à l’avance. Par cette conjoncture internationale difficile, il est impératif d’examiner tous les moyens permettant d’accélérer une reprise réelle du tourisme. Le tourisme intérieur constitue à cet effet une niche porteuse à mieux exploiter, génératrice d’une croissance pour le secteur et pour l’économie d’une façon générale. Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com