Résolution onusienne sur le mur israélien : Washington retarde le vote





Les Etats-Unis ont fait repousser un vote de l’assemblée générale de l’ONU sur un projet de résolution arabe exigeant qu’Israël tienne compte de l’avis de la Cour internationale de justice (CIJ) et abatte une partie de sa ligne de sécurité. Ce projet de résolution continue par ailleurs à diviser les pays de l’UE. Le Quotidien - Agences Les pays arabes espéraient obtenir la mise aux voix de leur projet de résolution avant-hier ainsi que l’appui des membres de l’UE. Leur texte est assuré d’être adopté par la majorité des 191 membres de l’assemblée générale, quelle que soit la position des Européens, mais les résolutions de l’assemblée générale ne sont pas contraignantes. Le projet de résolution invite l’assemblée générale “à envisager de nouvelles actions pour mettre fin à la situation illégale”, présentée par la ligne de sécurité si Israël ne se conforme pas à l’avis de la CIJ. Le Premier ministre israélien Ariel Sharon a déjà annoncé qu’il ignorerait l’avis de la Cour internationale de justice. Le 9 juillet dernier, la CIJ, principal organe juridique de l’ONU, a jugé “illégal” le “mur” érigé en Cisjordanie, réclamant son démantèlement et le versement de réparations aux Palestiniens lésés par sa construction. Seul le conseil de sécurité de l’ONU a le pouvoir de voter une résolution contraignante ou d’imposer des sanctions contre Israël, ce que réclament les Palestiniens si Tel Aviv ne se conforme pas à l’avis de la CIJ. Mais dans ce cas, les Etats-Unis opposeraient très certainement leur veto. L’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Dan Gillerman, et le représentant palestinien, Nasser Al-Kidwa, ont eu de vifs échanges verbaux. Furieux que la réunion n’ait décidé que de repousser le vote, Gillerman a déclaré que les Nations unies “étaient trompées par l’observateur palestinien et les peuples qui représentent leur cause”. Kidwa a qualifié Gillerman d’homme “sans espoir” et expliqué que les Palestiniens essayaient de donner aux délégations le temps de prendre connaissance du projet. “Nous essayons au moins de bien nous comporter”, a-t-il dit, dans une pique lancée aux Israéliens. Le président de l'assemblée générale, Julian Hunte, a demandé aux deux personnes de mettre fin à leurs échanges acérés et a morigéné Gillerman, sous les applaudissements de délégués.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com