Billet/ Le show et le froid





Les festivals d’été ont démarré tambour battant, il y a bientôt un mois, dans les quatre coins du pays. Certains concerts programmés dans le cadre de ces manifestations estivales, à l’instar de celui de duo Fadhl Chaker et Dina Hayek, ont drainé un public nombreux, de quoi alimenter l’espoir chez les organisateurs quant au reste des manifestations estivales. D’autres concerts, comme celui donné le vendredi dernier par le sultan des «Munshidîn», Cheïkh Ahmed Al Tuni, n’ont attiré qu’une poignée de spectateurs, en dépit de la valeur de l’invité. Même si ce dernier paramètre n’est pas valable pour les autres festivals des régions de l’intérieur du pays qui enregistrent, comme à l’accoutumée, une ruée importante de nombreux estivants, en vacances dans leurs «bleds» respectifs, il n’en reste pas moins qu’il suscite des questions d’une brûlante actualité : pour qui programme-t-on les concerts et comment élaborer un programme de concerts qui puisse satisfaire tous les goûts ? Ces interrogations continuent de hanter l’esprit des organisateurs des différents festivals d’été. D’autant plus que les programmes de ces manifestations estivales sont parfois soumis à un jeu incessant de rectifications et de confirmations avant leur démarrage, dans l’objectif de proposer un menu alléchant au public, composé dans sa majorité de jeunes et de moins jeunes au goût très versatile. En dépit de ces efforts de «coulisses», les concerts d’été continuent de souffler le «show» et le froid. Il est, en effet, opportun que les différents comités d’organisation de ces festivals tirent dès à présent des leçons du déroulement de ces spectacles en vue de concevoir une meilleure programmation pour la prochaine édition. Il n’y a que cette façon de procéder qui puisse renforcer l’aura et la notoriété de nos festivals d’été qui continuent d’acquérir, au fil des ans, une renommée dépassant nos frontières. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com