Ayari, Hagui et Saïdi partis en Europe : Au grand bonheur de la sélection





Les trois jeunes défenseurs de l’E.N. évolueront la saison prochaine dans des championnats européens. Ca ne peut que faire l’affaire de Roger Lemerre. On sait l’E.N. a dû attendre des lustres pour remporter son premier titre africain. Elle l’a fait quand elle s’est dotée des mêmes armes que ses principaux adversaires, à savoir compter dans ses rangs le plus grand nombre de joueurs professionnels. Le sélectionneur national l’a toujours fait comprendre, faisant même appel à des joueurs évoluant dans des championnats européens de deuxième division (Boumnijel, Brahem, Letifi...). Ces éléments, quoique limités, aident à développer une véritable mentalité professionnelle au sein du groupe. C’est ce qui a fait la différence à la CAN 2004 avec des joueurs mentalement très solides et prêts à s’investir totalement comme ils ont appris à le faire au sein de leurs clubs. * Une nouvelle orientation Pour ses futures échéances, l’E.N. va voir son réservoir de professionnels davantage garni. Les transferts conclus des jeunes Ayari (S.T), Hagui (E.S.S.), Saïdi (C.A) et Ketari (E.S.S) qui vont pouvoir jouer dans des championnats de haut niveau (France, Hollande, Turquie...) ainsi que le passage de Jaïdi à Bolton (Angleterre) vont devoir hisser le niveau technique de ces joueurs, appelés à défendre les couleurs nationales en éliminatoires du mondial et de la CAN 2006. Ainsi, Lemerre va pouvoir compter sur une quinzaine de professionnels, un chiffre finalement honorable par rapport aux autres sélections africaines qui ont souvent l’embarras du choix pour fixer leurs effectifs. Ces départs ont tout de même fait l’affaire des clubs et des joueurs concernés qui ont pu bénéficier d’une importante contre-partie financière. Grâce à cet apport pécuniaire, ces clubs vont avoir les moyens de former d’autres jeunes talents qui pourraient suivre la même piste. Les présidents des clubs, d’habitude conservateurs ou trop exigeants, semblent s’orienter vers le bon sens en encourageant leurs meilleurs éléments à aller tenter leur chance en Europe, s’assurant au passage, de préserver les intérêts de toutes les parties prenantes. On s’attend d’ailleurs à d’autres futurs transferts (Wajih Sghaïer à Lorient entre autres...) qui ne manqueront pas de confirmer une orientation très profitable au football tunisien. La balle est à présent dans le camp de ces joueurs qui sont appelés à honorer leur nouveau statut et à progresser davantage. On ne peut que leur souhaiter bonne chance. Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com