Une avalanche de pierres… pour la mariée





La fête battait son plein l’autre jour du côté de Jebel Lahmar où les cérémonies du genre peuvent durer jusqu’à une heure avancée de la nuit, au point d’ailleurs de grignoter sur le capital horaire de la journée suivante. On célébrait à l’occasion «l’outia» d’une mariée qui paraissait radieuse soit dit en passant. Tunis - Le Quotidien Tout le monde il était beau, tout le monde il était gentil pour la circonstance. On chantait, on dansait, on riait aux éclats sans oublier bien entendu de blaguer de temps à autre. Organisateurs et convives étaient associés pour fêter comme il se doit le mariage de la parente pour certains, et l’amie pour d’autres. On se trémoussait dans la mêlée à qui mieux-mieux. Un seul personnage était pratiquement «étranger» à la cohue. Il était le seul également à faire preuve de sérieux. Pourtant, c’était l’un des personnages-clés de la fête, puisqu’il s’agissait du photographe sollicité pour immortaliser la grandiose et «célébrissime» soirée. Normal et tout à fait logique qu’il soit attentif et sur le qui-vive afin de ne rien rater, se déplaçant avec le plus grand soin, sa caméra placée sur son épaule. Très absorbé par sa tâche, celle non seulement de prendre en photos tous les présents et les événements se déroulant sous l’œil vigilant de son engin mais également et surtout «photographier son pain» pour reprendre la célèbre traduction de feu Hédi Semlali, lorsqu’il a été bousculé par un convive très entreprenant sur la piste et entrant manifestement dans une phase d’extase. Le choc était plutôt violent, à tel enseigne que l’appareil a failli lui échapper des mains. Le pauvre photographe a eu si peur qu’il a réagi violemment pour repousser vigoureusement le jeune homme, lequel est allé valdinguer aux pieds des autres danseurs. En se relevant il avait déjà son couteau à la main. Il s’apprêtait à partir à l’assaut du photographe, prêt apparemment à réussir un «carton», lorsqu'il a été happé par deux poignes assez solides pour le maintenir sur place incapable d’avancer vers son rival. C’était le frère de la mariée qui s’est interposé bientôt rejoint par un second frangin lesquels, connaissant bien le type, l’avaient déjà à l’œil et attendaient le moindre écart de sa part afin de le chasser, d’autant que certaines jeunes filles avaient quitté la piste de danse évitant de la sorte de le côtoyer ! Etant désormais en infériorité numérique, le gaillard s’est alors retiré en rouspétant et blasphémant proférant dans la foulée de graves menaces. Effectivement, il ne s’est absenté qu’un tout petit quart d’heure avant de se manifester de nouveau soutenu cette fois-ci par d’autres types de son acabit. Une avalanche de pierres et divers autres projectiles s’est alors abattue sur les lieux. Aussi, le temps que les auxiliaires de la justice soient alertés, les convives avaient déjà disparu. A l’arrivée des agents les fauteurs de troubles ont tenté de s’esquiver à leur tour mais leur incitateur est tombé cependant dans les mains des policiers. Il s’est avéré par ailleurs, qu’il était recherché pour être suspecté d’avoir trempé dans d’autres affaires… M.A.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com