A la Médina de Yasmine-Hammamet : La symphonie inachevée





Avant-hier soir, la grande place de la Médina de Yasmine-Hammamet était en état d’ébullition. Pleine à craquer de jeunes et aussi de moins jeunes. Elle vibrait de toutes ses colonnades, ses arcades, ses encorbellements, ses pergolas et ses kiosques, aux mélodies, tout à tour languides et enlevées, serinées par une des stars en vogue de la chanson arabe, Fadhl Chaker. C’est que l’on était venu de Tunis et d’autres régions avoisinantes pour frétiller (c’est le cas des jeunes et des ados) et pour se délecter (c’est le cas des adultes) de ce joyau architectural qu’est la Médina. Joyau mariant à souhait pierre, marbre et bois, volumes et lignes, larges espaces et charmantes encoignures. Le tout inscrit sur fond spécial pour restituer la couleur du temps jadis. Bagdad, cette ville-martyre aujourd’hui ne devait pas être très différente, dans ses mille et une nuits, de ce merveilleux enchevêtrement de souks, maisons, cafés, parapets, ruelles, portails et faux-portails. * Station debout Cet ensemble d’édifices emmuré dans des remparts crénelés parsemés de tourelles et de meurtrières est un des derniers nés de l’essor urbanistique du pays. A ce titre, il n’est pas encore bien connu en Tunisie comme à l’étranger. Il lui faut donc une bonne injection de publicité. Mobiliser une voix arabe qui allume la passion était le meilleur moyen de donner un surplus de tonus à cet espace. Miser sur la jeunesse, cette clientèle de l’avenir, était la meilleure démarche. Et l’on espère, ce faisant, que les échoppes et boutiques, joliment aménagées, allèchent les acheteurs. Et que les cafetiers et restaurateurs meublent leurs terrasses de copieuses fournées de consommateurs. D’où l’idée apparemment saugrenue de ne point prévoir des chaises, obligeant ainsi les spectateurs à suivre debout le concert. Passe pour les jeunes qui, après tout, raffolent de ces occasions pour donner libre cours à leur fiévreuse vitalité ! Mais les personnes d’un certain âge ? Il n’est pas certain qu’elles aient apprécié l’idée. Cela dit, il y a certains malins qui ont flairé, par on ne sait par quelle prémonition, le traquenard et qui étaient venus munis de chaises pliantes. Pour en revenir à la soirée elle-même et à laquelle la radio Mosaïque FM a délégué son animateur-vedette Boubaker, l’on ne peut franchement dire que Fadhl Chaker se soit réellement décarcassé. Et c’est d’autant plus dommage que Mehdi Amine avait, en introduction au spectacle, donné le ton allègre qu’il fallait. Et que le jeu de lumières scéniques était réussi. Mais peut-être le vrai spectacle était-il parmi le public, et surtout le public jeune, jamais rassasié de rythmes et de frénétiques déhanchements ! Abdelmajid CHORFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com