Crime de Jedaïda : Le meurtrier dénoncé par sa sœur





La ville de Jedaïda a été le théâtre lundi dernier d’un drame dont la victime est une adolescente âgée de quatorze ans qui a été violée, brûlée et mutilée par un homme âgé de trente-neuf ans. Le meurtrier qui nie toujours les faits est un ancien fonctionnaire souffrant de troubles psychologiques... Tunis - Le Quotidien C’est le témoignage de cet agent de la protection civile ayant participé à la maîtrise de l’incendie qui s’est déclaré dans la forêt qui est le plus frappant. Son unité a été en effet dépêchée sur les lieux, un bois limitrophe à la localité de Jedaïda. Après avoir localisé le premier foyer de cet incendie, l’horreur a jailli d’entre les troncs d’arbres qui dégageaient encore de la fumée. Une tête et le reste d’un buste traînaient sur les braises et sous les cendres comme on en voit dans les films d’horreur. Même Hitchcock aurait eu des frissons en découvrant ce spectacle affreux. Et ce n’est rien... encore rien... devant ce qui va suivre. D’autres collègues vont tour à tour faire des découvertes macabres aussi atroces les unes que les autres. Des membres d’un corps humain découpés et éparpillés ça et là... Heureusement que le périmètre de l’incendie était très limité. Le cas contraire, on aurait mis des jours entiers pour ramasser les restes de ce corps dont on ignore comment, quand et pourquoi, il a échoué ici. Toujours est-il qu’il fallait signaler cette macabre découverte aux autorités compétentes. Rapidement, une patrouille de la garde nationale de La Manouba est arrivée sur les lieux du drame, suivie du Procureur de la République. Au même moment, dans un quartier populaire de la localité de Jedaïda, une famille était déjà partie à la recherche de sa fille portée disparue depuis des heures. A l’annonce de la découverte du corps d’une fille brûlée et mutilée, la peur s’est installée dans tous les quartiers de la localité de Jedaïda. Même ceux qui étaient certains que leurs filles n’avaient pas quitté la maison, ont commencé par être rongés par le doute. Que dire alors de ceux qui n’avaient pas leurs enfants sous les yeux ? Et c’est justement le cas de cette famille qui a été progressivement envahie par une peur diffuse, sa fille étant absente depuis quelques heures.. Le doute se précise... Finalement, les enquêteurs ont réussi à identifier la victime. Il s’agit d’une adolescente âgée de quatorze à quinze ans. Elle serait originaire d’une région voisine vu que les habits qu’elle portait sont des vêtements de tous les jours dont une malle en plastique. Les investigations ont ensuite confirmé cette thèse après que les parents de la victime l’eurent reconnue. Encore faut-il identifier le meurtrier. Coup de théâtre, c’est la sœur qui s’est rendue au poste pour dénoncer son frère. Elle avait, en effet, remarqué des tâches de sang sur ses vêtements. Son comportement avait également éveillé ses soupçons. Il faut dire que la frangine savait que son frère souffrait de troubles psychologiques. Il serait donc capable de commette un tel crime. De telles révélations ont été derrière l’arrestation de ce suspect qui, interrogé, a nié les faits. Mais tous les indices laissent à croire qu’il s’agit bel et bien de lui. Entre-temps, le corps de la victime a été transporté dans les services de la médecine légale de Tunis pour subir une autopsie et déterminer les causes exactes de cette mort. Ce drame a endeuillé toute la ville de Jedaïda dont les habitants toujours sous le choc n’arrivent même pas à s’exprimer sur cet incident tragique. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com