Soudan : L’ONU envisage de possibles sanctions





Le Quotidien-Agences Le Conseil de sécurité des Nations unies apparaissait encore partagé sur le projet américain de résolution sur le Darfour, la menace de sanctions contre le Soudan étant au cœur du débat, selon des informations recueillies auprès de plusieurs pays membres. L'ambassadeur américain, John Danforth, s'est refusé à dire à la presse si la mention explicite d'une menace de sanctions contre le gouvernement soudanais au cas où aucun progrès ne serait constaté au bout de 30 jours en matière de sécurité au Darfour, contenue dans le texte précédent, figurera toujours dans la prochaine version. A la question de savoir si le mot "sanctions" pourrait disparaître du texte final, Danforth a répondu: "il est clair que si le gouvernement soudanais ne se pliait pas aux exigences de la résolution, quelque chose devrait se passer. On peut appeler cela comme on veut mais il faut qu'il soit clair que ce que nous envisageons, ce sont des sanctions". Pas moins de sept pays, sur les quinze qui composent le Conseil, ont toujours des réserves sur la présence dans le texte du mot "sanctions", a expliqué de son côté l'ambassadeur d'Algérie Abdallah Baali. Si ces sept pays s'abstenaient, la résolution, qui a besoin de neuf voix pour être adoptée, serait rejetée. En outre, la délégation américaine a clairement indiqué qu'elle souhaitait obtenir l'unanimité du Conseil sur sa résolution. Les pays qui expriment ces réserves, parmi lesquels la Chine et la Russie, estiment que la mention explicite de possibles sanctions serait contreproductive. Parallèlement, l'Union africaine (UA) a dénoncé des exactions particulièrement atroces commises par des miliciens sur des civils, qui ont été pour certains enchaînés avant d'"être brûlés vifs", en juillet. C'est la première fois que l'UA rapporte officiellement des violations du cessez-le-feu conclu le 8 avril entre le gouvernement soudanais et les rébellions qui opèrent dans la région. Les parties en conflit s'accusent de leur côté régulièrement et mutuellement de ne pas respecter cet accord.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com