M. Amine Aloulou, président de l’ATUGE-France : “Les entreprises tunisiennes doivent avoir au moins une dimension maghrébine”





L’Association tunisienne des grandes écoles (ATUGE) a tenu hier son 13ème Congrès annuel à l’Acropole. “L’internationalisation des entreprises tunisiennes” est le thème focal retenu cette année. Plusieurs experts tunisiens opérant en Tunisie et à l’étranger ont pris part à cette rencontre. M. Amine Aloulou, président de l’ATUGE-France répond à nos questions concernant le thème et les objectifs de cette rencontre. * Qu’entendez-vous par internationalisation des entreprises? - M. Amine Aloulou: L’ATUGE a choisi d’organiser son forum annuel sous le thème: “L’internationalisation des entreprises tunisiennes”. Ce choix découle de notre conviction qu’il y a matière à débattre dans un domaine où les enjeux sont très importants. L’économie tunisienne dans ce contexte, passe d’une économie d’autosuffisance à une économie d’échange. Dans cette perspective, il faut se préparer à la concurrence. Il faut se préparer pour encaisser le choc sans trop de mal. C’est une vision guerrière. C’est comme si nous étions derrière un rempart et que nous décidons de l’enjamber pour la conquête de nouveaux marchés et de conforter notre place dans l’espace mondial. * La conquête de l’espace mondial constitue-t-elle un choix délibéré ou une obligation? - Je crois que toute action doit se baser sur un choix stratégique. Il y a ceux qui choisissent délibérément d’œuvrer localement. D’autres estiment qu’il y a des opportunités à saisir dans le contexte mondial parce qu’il y a matière à gagner. Je crois qu’il est nécessaire de se poser la question pour s’engager dans une telle entreprise, qui du reste émane d’un choix. L’entreprise économique ne peut pas faire l’économie d’une réflexion sur l’internationalisation. En d’autres termes, l’internationalisation est une obligation pour ceux qui veulent garantir leur place sur le marché mondial. * Quelles sont les conditions nécessaires pour réaliser ces objectifs sans problèmes? - Il faut d’abord avoir un projet évident pour le réussir. Il est nécessaire d’atteindre une certaine maturité avant de décider. Une fois le choix fixé, il est primordial de jouir d’une bonne capacité d’organisation, d’encadrement et de management. Il faut faire preuve d’une organisation opérationnelle capable de gérer la nouvelle dimension de l’entreprise. L’espace économique de la Tunisie ne cesse de s’agrandir, par conséquent l’espace économique de l’entreprise suit. Aujourd’hui, je pense que l’entreprise tunisienne doit au moins avoir une dimension maghrébine sinon euro-méditerranéenne. L’exemple de la réussite de “Chakira” constitue le meilleur exemple. Toutefois, il est indispensable que tous les efforts émanent d’une stratégie nationale et d’une volonté de relever le pari. C’est la Tunisie tout entière qui engrangera les dividendes de cette ouverture. Entretien réalisé par Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com