Ben Ali décide la majoration du salaire minimum





L’activité du gouvernement et son programme d’action pour les jours à venir ont été au centre de l’entrevue que le Président Zine El Abidine Ben Ali a eu hier avec M. Mohamed Ghannouchi, Premier ministre. Carthage (TAP) Le Président de la République a, au cours de l’audience, procédé à la promulgation de la loi portant création du régime d’assurance-maladie après son adoption par la Chambre des députés. Le Chef de l’Etat a donné des instructions en vue de faire connaître, sur la plus large échelle, le contenu de cette importante réforme et d’en dégager la portée, particulièrement pour ce qui est d’améliorer la qualité des prestations sanitaires dispensées aux assurés sociaux et de veiller à ce que ces derniers puissent bénéficier de ces prestations sur un pied d’égalité en plus de la rationalisation des dépenses sanitaires. Le Président Zine El Abidine Ben Ali a également insisté sur la nécessité de réunir les meilleures conditions permettant de concrétiser cette réforme progressivement, comme convenu, recommandant à toutes les parties concernées de conjuguer leurs efforts pour en assurer la réussite. Le Chef de l’Etat a par ailleurs promulgué la loi relative à la maîtrise de l’énergie. Il a réaffirmé à cette occasion, toute l’importance qu’il attache au renforcement et au développement accru du secteur de la maîtrise de l’énergie, eu égard à son rôle vital sur les plans économique, social et environnemental. Il a aussi recommandé d’intensifier les efforts visant à encourager l’utilisation des énergies renouvelables, dont notamment celles qui se sont avérées les plus rentables comme l’énergie solaire et l’énergie éolienne. Sur un autre plan, le Chef de l’Etat a chargé le Premier ministre de présider, le 10 août 2004, la clôture de la consultation nationale sur le commerce. Le Premier ministre a indiqué que, comme l’a ordonné le Président Zine El Abidine Ben Ali en ce qui concerne la majoration du salaire minimum garanti, et après concertation avec les organisations professionnelles concernées, il a été décidé que les majorations seront comme suit: 1- Augmentation du salaire minimum garanti dans les différents métiers soumis au régime de 48 heures de 7 dinars 72 millimes, passant ainsi de 211 dinars 120 millimes à 218 dinars 192 millimes. 2- Augmentation du salaire minimum garanti dans les différents métiers soumis au régime de 40 heures de 5 dinars 894 millimes, passant de 183 dinars 906 millimes à 189 dinars 800 millimes. 3- Augmentation du salaire minimum agricole garanti de 200 millimes par jour, passant de 6 dinars 509 millimes à 6 dinars 709 millimes. 4- Augmentation du salaire minimum agricole des ouvriers agricoles spécialisés de 250 millimes par jour, passant de 6 dinars 859 millimes à 7 dinars 109 millimes. 5- Augmentation du salaire minimum agricole des ouvriers agricoles qualifiés de 300 millimes par jour, passant de 7 dinars 164 millimes à 7 dinars 464 millimes. Ces mesures qui bénéficieront à environ 280 mille ouvriers, entreront en vigueur à partir du 1er juillet 2004. D’autre part,et en vertu de la réforme du régime de retraite, instituée en 2001, les pensions de retraite dans le régime général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale seront majorées d’un taux égal à celui de l’accroissement du salaire minimum. Cette mesure touchera près de 270 mille retraités, à partir du 1er juillet 2004. En concrétisation du programme décidé par le Président Zine El Abidine Ben Ali au profit des ouvriers de chantiers qui travaillent en permanence dans les services administratifs publics, la rémunération qui leur est octroyée sera également augmentée,à partir du 1er juillet 2004, d’un montant variant de 7 dinars 500 millimes à 20 dinars. Ces mesures bénéficieront à environ 580 mille ouvriers et retraités. Toutes ces mesures coïncident avec l’entrée en vigueur, au cours des mois de mai et de juilllet, de la troisième tranche des majorations salariales dans les secteurs public et privé, ainsi qu’avec le renforcement de l’intervention de la caisse générale de compensation, en vue de préserver les prix des produits de base et en particulier les céréales et dérivés,et les huiles végétales. Le maintien des prix actuels de ces produits exige la mobilisation de pas moins de 270 millions de dinars de crédits provenant du budget de l’Etat, ce qui illustre le souci constant du Président Zine El Abidine Ben Ali de veiller à la préservation du pouvoir d’achat des citoyens, particulièrement ceux à faible revenu.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com