Nuit d’été à Nabeul et Hammamet : Le plein jusqu’au petit matin





Les hôtels de Nabeul et de Hammamet affichent complet durant cette période de haute saison. Le véhicule rouge de la protection civile est garé discrètement dans l’une des ruelles ouvrant sur l’avenue principale de la ville du jasmin Hammamet. Le conducteur de l’ambulance se tient debout, près de la voiture, contemplant l’immense foule, et agglutiné à l’affût pour fournir l’assistance nécessaire en cas de besoin. Comme à l’accoutumée, la ville de Hammamet brille de mille feux, en cette soirée du début du mois d’août. Des milliers d’estivants tentent de se frayer un chemin, dans les embouteillages monstres qui se forment pour essayer de dénicher une place dans l’immense place centrale de la ville ou dans les cafés et centres de loisirs limitrophes. Tout semble complet. Les pizzarias, les gelateries, et les brasseries tournent à plein régime, du moins dans le centre-ville. Les milliers de vacanciers cosmopolites provenant de plusieurs pays méditerranéens notamment des pays de l’Est, de France, d’Allemagne, d’Algérie, du Maroc, de Libye, et d’autres contrées ne semblent point dépaysés dans cette ville cosmopolite dont l’accueil des habitants et la courtoisie restent des plus légendaires. Cette ville qui vit du tourisme et par le tourisme a su s’accommoder au fil des ans aux exigences de la situation et forger ainsi une notoriété dépassant les frontières. En cette période de l’année, Hammamet affiche complet et confirme ainsi une reprise du secteur du tourisme touché de plein fouet, deux années auparavant par une conjoncture internationale difficile. M. Tajeddine Zaghdane, directeur d’une chaîne d’hôtels à Nabeul, doté d’une expérience de taille dans le domaine du tourisme confirme le constat précisant que selon lui “ l’année 2004 sera certainement meilleure que l’année de référence 2001 en nombre de nuitées”. Ses hôtels affichent complet en cette période. Les clients polonais ont enregistré cette année un taux de nuitées supérieur aux autres clients. M. Tajeddine note cependant que la présence des clients classiques (français et allemands notamment) reste timide en comparaison aux années fastes. Les villes de Nabeul et de Hammamet tirent plutôt bien leur épingle et drainent un grand nombre de visiteurs. M. Zaghdane explique qu’il est en contact permanent avec les hôtels des deux localités pour honorer les réservations et éviter ainsi les mauvaises surprises. “Il vaut mieux gérer l’abondance que gérer la pénurie”, dit-il. Il est minuit, la circulation ne semble point s’apaiser dans la ville de Hammamet. La chaleur tempérée par la brise maritime n'encourage pas les estivants à regagner leurs gîtes. Tous les métiers de la saison estivale florissent en ce mois d’août et enregistrent à coup sûr des recettes en rapport avec l'affluence des visiteurs. Les voitures de fourrière ont saisi cette aubaine et constituent la seule fausse note dans ce cadre agréable en tractant vers le dépôt municipal les véhicules mal garés et ce jusqu’à une heure très tardive de la nuit. Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com