Tunisie – Maroc (Olympiques) – (2-2) : Riche en enseignements





Comme prévu, le dernier test de nos Olympiques avant les Jeux d’Athènes a été utile à plus d’un titre. Les enseignements, il y en a eu à gogo tout comme les satisfactions d’ailleurs. En effet, malgré le score de parité qui a sanctionné les débats, les camarades de Mouelhi, renforcés par Fadhel, Clayton et Jédidi, ont fait preuve de beaucoup de fraîcheur physique et de qualités athlétiques rassurantes. Sur le plan technico-tactique, nonobstant le manque de créativité dans la manœuvre offensive, la petite assistance a vu un ensemble équilibré et entreprenant notamment dans les deux couloirs gauche et droit où Clayton et Jédidi ont apporté un «plus» évident. D’ailleurs, ce dernier a inscrit le premier but et a été à l’origine du second en servant Merdassi. Bien sûr, la manœuvre n’a pas été parfaite et en seconde période après l’expulsion de Bhaïri pour somme d’avertissements, l’ensemble a quelque peu fléchi, subissant l’ascendant des Marocains, très techniques et encaissant deux buts, même si le second a été précédé d’un hors-jeu flagrant que l’arbitre-assistant Taoufik Oueslati a «omis» de signaler. * Maâloul: «Des hauts et des bas» Invité à juger cette prestation, Nabil Maâloul, entraîneur national et «binôme» de Khémaïes Laâbidi, nous a fait la déclaration suivante: «L’équipe vient de prendre forme et la réelle préparation n’aura lieu que trois jours avant le premier match face à l’Australie quand on aura réuni tout l’effectif. C’est dire que notre représentation est tronquée. Sur le plan athlétique, on était supérieurs aux Marocains, mais ces derniers étaient plus forts techniquement. On a mis vingt minutes pour entrer dans le match et quand on a arrêté de jouer sur la largeur, l’équipe a mieux carburé. Mais il faut bien avouer qu’on n’a pas bien géré la dernière partie du match car il fallait remplacer Bhaïri après le premier carton jaune. Sa sortie a permis à l’adversaire de se ressaisir, profitant de sa supériorité numérique». Quant au technicien marocain, Mustapha Madih, il n’a pas manqué de souligner les insuffisances de son équipe: «Physiquement, on n’était pas prêts. Le championnat marocain vient de se terminer et les joueurs ont manqué de fraîcheur. Et puis, les absents Alioui, Tarhaoui et Kadouri ont laissé un grand vide. En somme, c’était un bon match de préparation pour les deux sélections. Après les correctifs apportés à la pause, on est revenus dans ce match et je suis convaincu qu’on est capable de beaucoup mieux lors des J.O», devait-il nous déclarer après les débats. * Ragued, la révélation Sur le plan individuel, même si la majorité des éléments alignés par Laâbidi ont donné satisfaction à l’image de Merdassi, Clayton, Yahia et Jédidi, une mention spéciale est à décerner au sociétaire du Paris-Saint-Germain ,Houcine Ragued. Celui-ci, qui joue juste, sans fioritures, a couvert beaucoup de terrain, a été toujours au service de la collectivité et a été très présent dans les duels. C’est dire que sa contribution à l’entre-jeu est appréciable et il constituera lors des J.O la bonne surprise de cette sélection tunisienne. Jamel Belhassen ______________ * Mohamed Jédidi : «Objectif : la victoire» Le virevoltant ailier droit tunisien Mohamed Jédidi a bien entamé son «séjour» chez les Olympiques. Face aux Marocains, samedi dernier, il a été d’une utilité et d’une efficacité certaines. C’est dire que son apport, tout comme celui de Clayton ou de Fadhel, sera appréciable aux Jeux d’Athènes. * Quelle évaluation feriez-vous de ce match-test face au Maroc? - Je dirai que cette opposition nous a rendu énormément service dans la mesure où elle nous a permis d’améliorer les automatismes surtout qu’on n’a pas beaucoup joué ensemble ces derniers temps et que les Jeux Olympiques approchent à grands pas. * Comment avez-vous trouvé ce groupe d’Olympiques? - L’effectif est valeureux et je suis convaincu qu’on a les moyens d’aller très loin dans ces joutes. La volonté et la solidarité sont les deux principales qualités de ce groupe. Il n’y a donc rien à craindre, même si face aux Marocains on a connu un certain relâchement après la pause. * Faisant partie du trio des seniors appelé à renforcer l’Equipe olympique, vous sentez-vous investi d’une lourde responsabilité? - Depuis le jour où on a intégré ce groupe, nous nous sentons, Clayton, Fadhel et moi-même, comme membres de cette Sélection. Nous n’épargnons aucun effort pour contribuer au succès de l’équipe et nous cherchons aussi à être à la hauteur de la confiance placée en nous par le staff technique. Voilà tout. Il est vrai que la responsabilité est grande mais notre objectif premier demeure la victoire de la Tunisie. * Comment jugez-vous les adversaires de la Tunisie lors du premier tour des Jeux Olympiques? - Ce qui est certain, c’est que le groupe est dur. On vient de superviser l’Argentine contre la Colombie, et l’Australie, on connaît bien. Reste la Serbie-Monténégro. En tout cas, on sait tous qu’en football tout demeure possible et rien qu’à voir la Grèce qui a surpris tout le monde en remportant l’Euro 2004 pour s’en rendre compte. * Que représentent pour vous ces Jeux d’Athènes? - Un grand honneur. Les J.O. c’est le plus grand événement sportif de la planète. Y prendre part me comble de bonheur et ça représente une vraie référence dans ma carrière. * A propos de carrière, après l’Espérance, l’U.S Monastir et l’Etoile, il semble que vous visez une expérience en Europe. - Effectivement. Les responsables étoilés m’ont promis une sortie au mois de décembre pour répondre à l’offre très sérieuse émanant du club turc Gençlerbirligi. D’ailleurs, j’y crois et j’y tiens fermement. Propos recueillis par J. B.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com