La maison de Sadr encerclée, un otage turc exécuté





Le Quotidien-Agences Les forces américaines ont encerclé brièvement hier soir la maison de Moqtada Sadr entraînant des accrochages avec les miliciens fidèles au chef chiite dans la ville sainte de Najaf, a constaté le correspondant de l’AFP. Les combats ont causé la mort d’une femme alors que trois personnes ont été blessées, selon Jawad Kazem, directeur de l’hôpital Hakim. Tôt dans la soirée, des véhicules blindés américains, appuyés par des forces de sécurité irakiennes, ont bouclé le quartier Al-Zahra, où se trouve la maison de Moqtada Sadr, dans l’est de la ville, puis ont quitté les lieux une heure plus tard. De la fumée était visible alors que résonnait le bruit d’armes automatiques, de mortiers et de roquettes anti-chars (RPG). Des miliciens, certains vêtus de noir, étaient déployés autour du domicile de leur dirigeant alors qu’une voiture était en feu. Samedi, lors d’une opération conjointe, des membres de la force multinationale et de la garde nationale irakienne avaient arrêté cheikh Mithal Al-Hasnaoui, représentant de Sadr dans l’autre ville sainte de Kerbala. La crise des otages Dans la crise des otages étrangers enlevés en Irak, un Turc été tué par ses ravisseurs, a indiqué lundi un employé de l'ambassade de Turquie à Bagdad. L'employeur de la victime a également confirmé la mort de l'employé travaillant en Irak, Murat Yuce. Yuce est le premier otage turc exécuté par ses ravisseurs en Irak. Plusieurs autres Turcs avaient été enlevés par le passé, mais avaient ensuite été libérés, notamment à la suite des démarches du gouvernement turc. En revanche, un otage somalien va être libéré par ses ravisseurs, selon la chaîne de télévision satellitaire Al-Jazira du Qatar. Un groupe lié au réseau terroriste Al-Qaïda a décidé de le libérer après que son employeur koweïtien eut déclaré vouloir cesser toute activité en Irak, selon cette télévision. Le sort des sept chauffeurs - trois Indiens, trois Kényans et un Egyptien - enlevés en Irak depuis le 21 juillet, restait incertain. Au total, une vingtaine d'étrangers ont été enlevés ou sont portés disparus en Irak. A Nairobi, le ministre kényan des affaires étrangères, Chirau Ali Mwakwere, avait affirmé dimanche que les sept hommes avaient été libérés et se trouvaient sous la protection de l'ambassade d'Egypte à Bagdad, alors qu'un responsable égyptien à Bagdad avait démenti ces déclarations. A Bagdad, un membre de la garde nationale irakienne a été tué et trois autres ont été blessés dans une embuscade hier matin. Enfin, le chargé des relations publiques du Comité des oulémas sunnites irakiens a été interpellé dans la nuit de dimanche à lundi à Bagdad par les forces américaines, selon le Comité qui est l'une des principales organisations sunnites et farouchement hostile à l'occupation américaine en Irak.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com