Cinq GI’s tués, attaques contre la police irakienne et un oléoduc saboté : Résistance sur tous les fronts





Les attaques de la Résistance se sont poursuivies en Irak et ont entrainé, en 24 heures, la mort de cinq soldats américains, , et cinq policiers irakiens, dont un un chef. Le Quotidien-Agences Un premier Marine est mort hier de ses blessures, après une opération la veille dans l’Ouest de l’Irak, a annoncé l’armée américaine, ce qui porte à quatre le nombre de soldats américains tués au cours des dernières 24 heures. Un deuxième Marines a été mortellement blessé au combat hier dans la province d'Al-Anbar qui abrite les villes résistantes sunnites de Falloujah et Ramadi, à l'ouest de l'Irak, tandis qu'à Bagdad deux nouveaux soldats américains ont été tués et deux autres blessés avant-hier soir par l'explosion d'une bombe au passage de leur véhicule, selon l'armée américaine. Par ailleurs, et lors d'une nouvelle attaque contre les forces de sécurité irakiennes hier, un responsable de la police de Bagdad a péri et deux autres policiers ont été blessés par l'explosion d'une bombe au passage de leur véhicule tôt le matin dans l'ouest de la ville. Le cinquième marine a été tué hier par des tirs accidentels à Najaf, a indiqué un communiqué militaire. Dans la foulée, trois gardes nationaux irakiens ont été tués et six autres blessés hier dans une attaque-suicide à la voiture piégée à un poste de contrôle à l’entrée de Baaqouba. Le colonel Mouayad Bachar Al-Chamari, qui se rendait à son bureau en compagnie de deux sergents de police, a été mortellement blessé, selon une source médicale. Par ailleurs, quatre Irakiens employés par Acted, une ONG française intervenant à Samawa ont été tués avant-hier à Najaf, la ville sainte chiite, a indiqué la famille d'une des victimes. Selon l’ONG à Paris les quatres employés ont été «exécutés par des miliciens». * Tension à Najaf A Najaf où les forces américaines ont encerclé brièvement lundi soir la maison de Moqtada Sadr, entraînant des accrochages avec les miliciens fidèles au chef radical chiite, la tension était à son comble hier. Les militaires américains ont démenti avoir mené une telle opération. Les accrochages ont causé la mort d'une femme et trois personnes ont été blessées, selon une source hospitalière. Réagissant à ces incidents, cheikh Ahmed Al-Chaïbani, un porte-parole de Moqtada Sadr les a qualifiés hier d'"acte brutal et provocateur qui vise à plonger dans le chaos et l'insécurité la ville sainte et pacifique". Les actes de violence ont également visé l'oléoduc entre Kirkouk (nord) et le port turc de Ceyhan interrompant les exportations de pétrole de l'Irak vers ce terminal, a annoncé un responsable pétrolier irakien. "Les exportations ont été interrompues à 06h00 (02h00 GMT) à la suite de l'explosion d'une charge dans la région de Fatha, à 120 km à l'ouest de Kirkouk", a déclaré Nasser Kassem Abdoul Jabar, un responsable de la Compagnie de pétrole du nord (NOC). * Un septième Jordanien enlevé Dans l'affaire des otages, un septième Jordanien a été enlevé en Irak, a annoncé hier à Amman le porte-parole du ministère jordanien des Affaires étrangères Ali Ayed. Enfin quarante-huit heures après les attentats sans précédent visant cinq églises à Bagdad et Mossoul (nord), la petite communauté chrétienne commençait hier à enterrer ses morts. Un père et son fils, victimes des attentats de dimanche, ont été mis en terre au cimetière de Khan Beni Saad, au nord-est de la capitale, où des dizaines de proches des victimes étaient rassemblés.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com