Distribution : Monoprix, victime de l’effet Carrefour ?





Fait inhabituel dans le domaine de la distribution, le résultat net de Monoprix entre le premier semestre 2003 et celui de 2004 vient de créer la surprise en affichant une baisse nette de plus de 12%. L’engouement des consommateurs pour les espaces intelligents de l’hypermarché Carrefour est-il l’explication de cette régression? Tunis - Le Quotidien La société nouvelle maison de la ville de Tunis (appellation légale de l’enseigne MONOPRIX) fait aujourd’hui partie des meubles en Tunisie. Elle se présente comme une société qui a principalement pour objet le commerce de détail à rayons multiples de toutes marchandises et de tous produits et particulièrement l’exploitation de tous fonds ou maisons de commerce ou magasins. De fait, ses 33 points de vente et son dépôt de Mégrine ont vocation pour la plus grande part des produits de grande consommation. * Non conforme au code des sociétés commerciales Selon son commissaire aux comptes, M. Rached Fourati, dont le cabinet vient d’examiner ses derniers états financiers, MONOPRIX a engrangé un bénéfice avant impôt de plus de 2,5 millions de dollars au 30 juin 2004. M. Fourati accompagne ce constat d’une autre observation concernant les participations croisées de MONOPRIX. Il souligne ainsi qu’au 30 juin 2004 la société nouvelle maison de la ville de Tunis (SNMVT) détenait 98,74% du capital de la société MONOGROS et 75,06% du capital de la SIM (Société Immobilière de MONOPRIX). De leur côté, MONOGROS et SIM détenaient respectivement 5,88% et 3,79% du capital de la SNMVT. “Cette situation n’est pas conforme aux dispositions de l’article 466 du Code des sociétés commerciales”, commente M. Fourati. Ce sont peut-être là des questions de détail technique mais elles constituent l’un des éléments qui démontrent à quel point le secteur de la grande distribution est capable de devenir complexe. Mais c’est certainement moins complexe que les mécanismes qui régissent les comportements des consommateurs. * Régressions notables C’est d’ailleurs de ce point de vue que la venue du premier hupermarché marqua les esprits en Tunisie. Mais ce n'est pas tant le gigantisme qui fait la différence que la culture intrinsèque qui en fait la particularité. Des espaces qui ne sont plus uniquement dédiés à l’achat mais, en plus, à la “vie” avec une intégration de diverses spécialités à la distribution (restaurants, cafés, débit de tabac, magasin de journaux, pharmacie, grands halls aménagés en ruelles...). Un réel choc pour les supermarchés déjà en service puisqu’ils voyaient que leurs clients qui le pouvaient se presser vers le nouvel hypermarché, car Carrefour est encore éloigné vers la banlieue Nord. Et il faut s’attendre à pareil engouement quant il ouvrira une unité dans le centre-ville. La question de l’influence de Carrefour sur les ventes des supermarchés, dont MONOPRIX, est prouvée mais est-ce au point de voir des résultats à la baisse? Les deux faits pourraient ne pas être liés, mais la réalité, c’est que les derniers chiffres sur l’activité MONOPRIX présentent quelques régressions notables. Par exemple, le résultat net de l’exercice. Pour les 6 premiers mois 2003, celui-ci était de plus de 2,873 millions de dinars alors qu’en 2004 (même période), il est tombé à 2,510 MD: une diminution de plus de 12,6%. On observe la même tendance pour la trésorerie à la clôture de l’exercice qui se situe à plus de +967 mille dinars au premier semestre 2003 et à -6,390 millions de dinars pour la même période 2004. Manoubi AKROUT


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com