Festival de Borj El Amri : Les axes du mal et du bien





«Les larmes des demoiselles», tel est le titre de la pièce de théâtre du metteur en scène Youssef Souleymane, fondateur du théâtre «Wafaâ», présentée avant-hier soir à Borj El Amri dans le cadre du Festival d’été qu’abrite cette localité. Comme c’est le cas dans le manichéisme, une doctrine qui divise le monde en deux principes opposés : le bien et le mal, Youssef Souleymane décrit dans sa pièce, la joute existentielle entre ces mêmes principes. Il part en effet du vécu quotidien pour mettre en exergue le conflit permanent entre le mal et le bien, tout en critiquant ceux qui profitent des péripéties de l’histoire pour pérenniser leur domination sur les autres. Grâce à une troupe composée de 9 jeunes acteurs amateurs dont trois filles, le metteur en scène s’attaque à de nombreux problèmes de société en s’inspirant des querelles familiales quotidiennes. Marginalisation, folie, rapport dominant/dominé, mais aussi problèmes matrimoniaux, tous ces thèmes développés à travers plusieurs séquences de la pièce expriment chacun une morale. Et la morale même du film se résume à dire que l’histoire est écrite par le vainqueur. «Les pages dites ‘‘glorieuses’’ chantent en réalité la politique du vainqueur», a commenté un des acteurs, une autre façon de commenter certains événements actuels, tels les conflits déclenchés par les plus forts, pour maintenir leur domination sur les plus faibles, mais aussi les rapports de domination au sein même des familles que les larmes des demoiselles ne peuvent faire oublier. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com