Mayada Hannaoui à Carthage : La musique des années fastes





Il y a des gens, pas tout à fait oubliés, qu’on garde toujours au fond de la mémoire collective. Mayada Hannaoui est de ceux-là. On la retrouve, enchanté, en cette rencontre furtive à l’aéroport Tunis-Carthage. L’occasion ? Elle donne demain un spectacle au théâtre antique de la banlieue-nord. Ce soir-là, elle n’y sera pas les mains vides. Une chanson sur la Tunisie saura exprimer sa nostalgie et les souvenirs qu’elle garde de ses passages dans notre pays. Si on n’a pas vu Mayada ces dernières années, c’est qu’elle s’est tenue à l’écart d’un art de pacotille. Les années d’absence ont pourtant gardé illuminée la flamme de la passion qu’elle a toujours traduit dans ses chansons. Telle qu’on la connaît, ardente et brûlante à la fois. Les mots qui s’égrènent de ses lèvres parlent d’un amour passionnel et passionné pour nous emporter en un véritable monde de fée... «Il était une fois»... «Je suis passionnée», a-t-elle chanté. Demain, elle les reprendra, nous faisant revivre, un tant soi peu, les années fastes de la chanson arabe. C’était bien, le bon vieux temps. Celui de Mohamed Abdelwahab et de Baligh Hamdi, ses parrains dans l’art. Mona BEN GAMRA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com