Sadr défie les Américains : Lutte jusqu’à la mort





Des combats faisaient rage hier dans la ville sainte chiite de Najaf où le chef Moqtada Sadr a affirmé vouloir lutter jusqu'à la mort, alors que la violence continuait à ravager le reste du pays, un nouvel attentat-suicide ayant tué six Irakiens. Le Quotidien-Agences Pour la cinquième journée consécutive, de violents combats entre troupes américaines et miliciens chiites de Moqtada Sadr, impliquant des chars, l'artillerie, des mortiers ainsi que des hélicoptères américains se déroulaient depuis l'aube de lundi à Najaf (centre). Selon un témoin sur place, deux résistants ont été tués et deux autres blessés dans l'offensive lancée par les soldats américains dans l'immense cimetière de la ville. Le journaliste a pu voir les corps des deux résistants et les blessés sur le parvis du mausolée, au centre de Najaf. L'un des morts a été identifié comme Saïd Youssef, selon des combattants de l'Armée du Mehdi, qui ont affirmé que les victimes avaient été atteintes par des éclats d'obus de mortier. A Bassorah, un convoi britannique a été attaqué hier au lance-roquettes par des partisans de Sadr , a annoncé l’armée britannique sans faire mention de victimes. Deux véhicules, dont une Land Rover appartenant à l’armée britannique, étaient en flammes dans une rue de la ville alors qu’une centaine de résistants armés prenaient la fuite. Cette attaque est survenue peu après qu’un représentant de Sadr, Assaâd Al-Basri, eut menacé de faire de Bassorah un «autre Najaf», si les troupes américaines ne se retiraient pas de cette dernière. * L’ennemi américain Au même moment, lors d'une conférence de presse au mausolée de l'imam Ali, place forte des miliciens à Najaf, Sadr a affirmé vouloir "combattre l'occupation à Najaf jusqu'à (sa) dernière goutte de sang" en s'affichant comme l'"ennemi de l'Amérique". "Je continuerai à combattre, je resterai à Najaf. Je ne quitterai pas la ville sainte. J'en serai un défenseur. Je resterai ici jusqu'à ma dernière goutte de sang", a-t-il lancé depuis l'enceinte du mausolée, au lendemain de la visite surprise du Premier ministre Iyad Allaoui à Najaf pour appeler les miliciens à déposer les armes et à quitter la ville. Fustigeant la présence américaine en Irak, Moqtada Sadr a affirmé avec force: "Je suis un ennemi de l'Amérique et l'Amérique est mon ennemie jusqu'au jour du jugement dernier". Depuis le début des affrontements jeudi, l'armée américaine a estimé avoir tué plus de 360 insurgés, des chiffres contestés par l'Armée du Mehdi qui ne reconnaît que 15 tués et 35 blessés. * Attaque-suicide La violence se poursuit parallèlement dans le reste du pays où un nouvel attentat-suicide à la voiture piégée a fait six morts irakiens, dont cinq policiers, et 16 autres blessés, dont un vice-gouverneur de la province de Diyala, près de Baaqouba, au nord-est de Bagdad, selon des sources policières. Un site Internet a publié hier un communiqué attribué au groupe du jordanien Abou Moussab Al-Zarqaoui, revendiquant l’attaque-suicide. Un officier de police a également été tué et trois autres policiers blessés lors d'une attaque à Moussayab, une localité à 50 km au sud de Bagdad. Par ailleurs, un Marine a été tué dimanche dans la province sunnite d'Al-Anbar, selon l'armée américaine. Enfin, le couvre-feu a été imposé à Sadr City, le grand quartier chiite de Bagdad, après les dernières violences entre partisans de Sadr et les forces américaines qui ont fait des dizaines de victimes.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com