Retrait de Gaza : Sharon boudé par les siens





Les "durs" du Likoud opposés au plan de retrait israélien de la Bande de Gaza du Premier ministre Ariel Sharon se sont mobilisés hier après avoir obtenu la convocation le 18 août de la convention du parti en vue de bloquer l'entrée des travaillistes au gouvernement. Le Quotidien-Agences Sharon, qui ne dispose plus de majorité parlementaire depuis la défection de l'extrême-droite, a un besoin impérieux de l'appui des travaillistes pour faire voter son plan, qui prévoit notamment le démantèlement des 21 colonies de la Bande de Gaza et de quatre implantations dans le nord de la Cisjordanie. En tentant de bloquer le ralliement des travaillistes, les "durs" du Likoud au sein du groupe parlementaire ont pris les devants. Ils devaient se retrouver dans la journée autour du ministre sans portefeuille Uzi Landau, chef de file de la fronde anti-Sharon, a indiqué la radio militaire, alors que les tractations entre Sharon et les travaillistes de Shimon Peres piétinent depuis des jours. Selon les commentateurs, Sharon a toutes les chances d'être désavoué lors de cette convention convoquée à l'initiative de M. Landau et de 11 députés du Likoud, son parti, sur 40. "Faire entrer les travaillistes au gouvernement sans l'approbation des instances du Likoud serait illégitime", a proclamé Landau. "Conformément aux statuts du parti, la convention a été convoquée à la demande de plus de 20% de ses membres", a précisé le président de cette convention Israël Katz, également ministre de l'Agriculture. Membre de l'aile dure du Likoud, Katz a affirmé qu'il préférait une majorité "avec les formations religieuses". Des responsables proches du Premier ministre, opposés à la réunion aussi rapide de la convention initialement prévue à la mi-septembre, ont indiqué aux médias que Sharon n'avait pas l'intention de se laisser dicter sa politique. A deux reprises Sharon a été désavoué par son parti, ce qui ne l'a pas empêché de passer outre. Il avait subi en mai 2002 un premier revers de la part de la convention du Likoud, qui avait adopté, contre son avis, une motion écartant toute création d'Etat palestinien dans l'avenir. En mai dernier, Sharon avait subi une défaite encore plus cuisante de la part de la base du parti dont les membres avaient rejeté à une forte majorité son plan de retrait. * Les «durs» marquent un point Selon Hanan Cristal, commentateur politique de la radio publique, Sharon "se trouve en difficulté après avoir encaissé un but". "Si la convention vote contre l'entrée des travaillistes au gouvernement, Ariel Sharon aura bien du mal à trouver ensuite le nombre suffisant de députés de son propre parti pour aller de l'avant pour le retrait et former une majorité avec les travaillistes", a estimé ce commentateur. * Attaque contre une colonie Par ailleurs, sur le terrain, deux Israéliens ont été légèrement blessés hier à la suite de tirs de Palestiniens contre un autobus près de la colonie de Barkan dans le nord de la Cisjordanie, a-t-on indiqué de sources militaires. Ils ont été touchés par des éclats de verre. Peu avant ces tirs, des Palestiniens ont fait exploser un engin piégé qui a endommagé six voitures circulant près de l'aubobus visé, a-t-on ajouté, précisant que l'armée avait lancé des opérations de recherches des tireurs dans le secteur. Les Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa, un groupe armé lié au Fatah, le mouvement du dirigeant palestinien Yasser Arafat, ont revendiqué dans un communiqué cette attaque. Enfin, un Palestinien a été tué hier par des tirs de soldats israéliens à Nabouls. Salim El-Koussa, 18 ans a été tué et 11 autres bléssés lorsque des soldats ont ouvert le feu contre une manifestation.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com