Darfour : La pression internationale va crescendo





• Omar Al-Béchir souligne la nécessité de désarmer les «civils» La pression internationale va crescendo sur Khartoum, à l'approche d'éventuelles sanctions à l'issue du délai d'un mois accordé par l'ONU au Soudan pour remplir ses engagements concernant le désarmement des milices au Darfour. Le Quotidien-Agences Le président Omar Al-Béchir a souligné la nécessité de désarmer les "civils" au Darfour (ouest) en appelant les chefs de tribus à aider le gouvernement dans cette opération, à l'occasion d'un séminaire à Khartoum qui a rassemblé les employés de l'administration originaires du Darfour. Béchir entend par "civils" les milices arabes pro-gouvernementales mais aussi les rebelles de l'Armée de Libération du Soudan (ALS) et du Mouvement pour la Justice et l'Egalité (MJE), en guerre avec Khartoum depuis février 2003. Aux exigences de désarmement des milices posées par l'ONU, le Soudan n'a cessé d'opposer ces derniers jours la nécessité de désarmer "simultanément" les rebelles ou au moins de les "cantonner" dans des zones précises du territoire. * Le délai approche Le représentant de Kofi Annan au Soudan, Jan Pronk a réaffirmé jeudi que le délai de 30 jours pour résoudre le conflit du Darfour, énoncé dans la résolution du Conseil de sécurité du 30 juillet, ne comportait pas de date butoir. Il a cependant souligné que le Soudan devait avoir "réalisé des progrès substantiels" dans le désarmement des milices et le rétablissement de la sécurité au Darfour à la fin août, en réponse aux exigences de la communauté internationale, s'il voulait éviter des sanctions. Les négociations entre gouvernement central et rebelles, interrompus le 18 juillet à Addis Abeba, doivent reprendre le 23 août à Abuja (Nigeria), sous l'égide de l'Union africaine (UA), pour tenter de trouver une issue politique au conflit. Un groupe de 150 Rwandais d'un contingent de 300 hommes chargés de protéger les observateurs du cessez-le-feu doit arriver au Darfour le 14 août. Il sera suivi avant le 25 août par un groupe de 150 militaires nigérians. * Démenti L'armée soudanaise a fermement démenti les accusations des Nations unies sur une reprise des raids aériens au Darfour et des attaques par des miliciens djanjawids de camps de déplacés. "Ces accusations sont sans fondement", a déclaré son porte-parole, le général Mohamed Béchir Souleïman. Khartoum a exprimé son indignation dès mercredi à la suite de déclarations "contradictoires" de responsables de l'ONU sur le Darfour. "Certains affirment qu'il y a eu des progrès et d'autres le contraire", a affirmé le ministre soudanais des Affaires étrangères Moustafa Osmane Ismaïl mercredi. Aux Etats-Unis, le porte-parole adjoint du département d'Etat Adam Ereli a estimé que subsistaient au Darfour de "graves problèmes" en matière de sécurité comme pour l'aide humanitaire, appelant Khartoum à désarmer les milices. ______________ * La Libye propose ses services La Libye a proposé à l’Union africaine (UA), «une réunion élargie de toutes les parties» soudanaises à Tripoli pour résoudre la crise du Darfour, a annoncé hier le ministre des Affaires étrangères libyen Abderrahmen Chalgham. «Nous disons non à la violence, non à l’escalade ( de la crise dans le Darfour) et oui au dialogue (…)», a déclaré Chalgham, en soulignant que «ce qui est important maintenant c’est d’aider le Soudan à réaliser des progrès tangibles sur le terrain et d’assurer la sécurité». Chalgham a par ailleurs affirmé que l’éventuel envoi de troupes étrangères au Darfour risquait de tourner à la «catastrophe». Si les Nations unies «décident d’envoyer des troupes étrangères là-bas (dans le Darfour), ce sera une catastrophe. Des islamistes vont arriver de partout sous prétexte du jihad, les citoyens du Darfour vont combattre également, le problème va se compliquer et le Darfour deviendra un nouvel Afghanistan, un second Irak», a affirmé Chalgham. «Tout désordre dans la géographie politique et humanitaire dans le Soudan va se refléter sur les Etats de la région», a-t-il déclaré.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com