Nouvelles technologies : Hammam-Sousse accueille les «branchés»





Dans quelques jours, Hammam-Sousse va accueillir des personnalités parmi les plus caractéristiques dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. C’est d’ailleurs grâce à leurs qualités personnelles et à leur passion que le Festival de l’Internet de Marsa El Kantaoui est chaque année une réussite, poursuivant sa vocation de manifestation à part sous le haut patronage du Chef de l’Etat. Tunis — Le Quotidien N’ayons pas peur des mots, car jusqu’à aujourd’hui ce festival n’a pas d’équivalent en Méditerranée. Des dizaines et des dizaines d’ordinateurs gratuitement mis en plein air à la disposition de tous ceux qui veulent surfer sur Internet : enfants et adultes, Tunisiens et étrangers. Et puis des concours, des enquêtes, des séminaires... Une image de convivialité, d’ouverture et d'engagement technologique. Et une réussite due directement au Premier Tunisien qui l’a placée sous son haut patronage et qui ne cesse de l’encourager de toutes les manières possibles. Cette réussite est également due à une sorte de tribu high tech constituée de passionnés des technologies de l’information et de la communication qui opposent leur cachet, chacun à sa manière, sur ses différents chapitres. Ils s’appellent Moez.net, Jabari.com, Ben Ahmed 2.0, Dhémaïed.tn, Midani.org...e et sont tellement différents qu’ils ne pouvaient que devenir complémentaires. Le caractère de M. Moez Souabni, président de l’ATIM, haut en couleurs, ne pouvait que s’accorder à celui de M. Tahar Jabari, DC de l’OACA, mesuré et serein, pour co-présider le Festival dont la gestion appelle parfois la diplomatie et, d’autres fois, l’action immédiate. M. Moez Souabni (dit Moez.net) est le créateur du festival qu’il ne considère pas comme une manifestation classique mais plutôt comme l’expression d’un réseau. Et c’est d’ailleurs cette culture de réseau qu’il a utilisée auprès de ses amitiés pour disposer des ordinateurs, avoir les techniciens, inviter les animateurs, impliquer des officiels... Avec les années, le réseau est devenu de plus en plus vaste, faisant quasiment du festival un événement national. M. Tahar Jabari (Jabari.com), président du festival 2004, a été parmi les premiers à être par cette inclinaison personnelle aux technologies de la communication. Les habitués se rappellent de lui comme quelqu’un de très branché malgré le fait qu’il n’est pas loin de la soixantaine, prenant le temps à divers moments de la journée de se connecter à Internet en couplant son Laptop à son GSM. Communiquant itinérant, on a également observé sa disponibilité pour le stand réservé aux handicapés moteurs, comme pour signifier que chacun a sa chance dans les technologies de la communication. M. Mohamed Ben Ahmed (Ben Ahmed 2.0), ancien diplomate et secrétaire d’Etat, est aujourd’hui une sorte de super-universitaire, se plaisant certes à dispenser un enseignement actuel auprès de ses étudiants, mais développant chaque jour davantage ses innombrables centres d’intérêt, s’imposant aux yeux de tous comme un stratège visionnaire passionné par tout ce qui touche à la société de l’information chère au Président Ben Ali. Sa particularité, c’est qu’il ne s’arrête pas aux sphères feutrées des concepts et des idées. Il va aussi au fond des choses, jusque dans les détails les plus invraisemblables (les différences entres html, xml, php..., les coûts comparés de nuées de produits connectiques, les parcours des Gates-Ellison-Jobs-Moore-Wozniak..., les microprocesseurs, les fruits de la recherche, les expériences des pays...). Le plus rafraîchissant chez Ben Ahmed 2.0 c’est qu’il dit ce qu’il pense et se prend au sérieux mais n’a pas attrapé la grosse tête. M. Touhami Midani (Midani.org) est l’homme des organisations. Il connaît tout le monde et appartient à cette catégorie de politiciens qui sont en bons termes avec tout ce qui bouge à telle enseigne qu’il a acquis une diplomatie hors normes qui fait de lui, en quelque sorte, une porte toujours ouverte. Mais ce n’est pas la seule raison de son appartenance à la tribu du festival car Midani.org est l’un des pionniers de l’informatique en Tunisie, ayant par exemple été l’un des premiers dirigeants de la Chambre nationale de l’informatique et de la bureautique. Son intérêt pour les TIC s’est toujours poursuivi et son attachement pour le festival est, dans ce sens, une question de principe. Le Dr Faouzi Dhémaïed (Dhémaïed.tn), ancien patron de la Foreign Investment Promotion Agency - FIPA, est une figure typique du festival. L’une de ses qualités les plus déterminantes est cette science d’absolument tout ce que pensent de la Tunisie les grandes organisations internationales, les banques prestigieuses, les agences de rating de haute stature, les grands consultants, les donneurs d’ordre... Imaginez de quelle répartie dispose Dhémaïed.tn à l’égard de tout ce qui pourrait se dire, surtout ce qui concerne l’économie tunisienne. Cette science et ce privilège ont été les premiers à l’imposer dans la tribu, avant même que l’on se découvre ses qualités personnelles. M. Abdeladhim Ennaïfer (Ennaïfer.biz), qui dirige Thema Consulting, apporte à la tribu du festival son expérience solide à propos des entreprises des nouvelles technologies et du capital risque. Un interlocuteur de taille pour tous ceux qui voudraient profiter du ralliement de Hammam-Sousse pour poser les premiers jalons de leur projet. Bien sûr, la liste est encore longue car une foule de jeunes fait partie de la tribu avec une contribution déterminante dans les nombreuses responsabilités de l’organisation. Manoubi AKROUT


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com