Poutine déclare : La guerre contre la Tchétchénie est finie





Le président russe Vladimir Poutine a estimé que la Tchétchénie "était complètement revenue sous l'égide de la Constitution russe" et que "l'opération antiterroriste" était finie, lors de sa rencontre annuelle avec la presse au Kremlin. Le Quotidien — Agences "Le pouvoir s'est complètement formé en Tchétchénie, ce processus est déjà terminé et la république de Tchétchénie est complètement revenue sous l'égide de la Constitution russe", a déclaré Poutine, reconnaissant toutefois l'existence de "certains problèmes" dans cette république caucasienne. "Je pense qu'on peut tout à fait parler de la fin de l'opération antiterroriste (en Tchétchénie), tout en comprenant que les organes tchétchènes du maintien de l'ordre assurent principalement la tâche du maintien de l'ordre" sur place, a dit Poutine. Depuis la fin de la phase active des combats entre soldats fédéraux et rebelles indépendantistes, le Kremlin présentait la guerre en Tchétchénie comme une "opération antiterroriste". "La situation dans certaines autres régions du Caucase nous préoccupe même plus que celle en Tchétchénie", a encore dit le chef de l'Etat en référence aux républiques caucasiennes du Daguestan, de Kabardino-Balkarie ou d'Ossétie du Nord où les attaques se sont multipliées ces dernières années. * Obstacle Par ailleurs, le président russe a souligné que seuls "les Etats-Unis empêchaient" l'entrée de la Russie à l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC). "Si (les Etats-Unis) donnent leur accord, tous les autres (pays) donneront le leur" a déclaré le président russe. "Je connais la position du président des Etats-Unis, George Bush, et elle est positive" a cependant relevé le président. Les règles de l'OMC, organisation de 149 pays régissant le commerce mondial, prévoient que tout nouvel entrant doit signer des accords bilatéraux avec ses partenaires commerciaux avant de pouvoir adhérer. La Russie doit encore signer deux derniers accords bilatéraux avec la Colombie et les Etats-Unis La Russie qui espérait conclure l'ensemble de ses accords en 2005 a dû repousser cette échéance à 2006 alors que plusieurs pierres d'achoppement subsistent dans ses négociations avec les Etats-Unis, notamment sur les droits de propriété intellectuelle, les services financiers et les importations aéronautiques. ________________________ Espions Le président russe Vladimir Poutine a dit hier "regretter" que Londres ait des espions en Russie, tout en se déclarant confiant que l'affaire ne nuirait pas aux bonnes relations entre Londres et Moscou. "Quant au scandale d'espionnage, nous regrettons qu'alors que les relations entre nos Etats sont à un tel niveau, nous nous heurtons à de tels actes de la part de nos partenaires britanniques", a dit Poutine lors de sa conférence de presse annuelle. Il a confirmé par ailleurs qu'il n'avait pas l'intention de faire expulser les agents britanniques supposés, estimant qu'il était plus facile de les surveiller en connaissant leur identité. "Nous espérons que nos partenaires britanniques prendront des mesures adéquates et que cela ne conduira pas à une baisse de la qualité et du caractère de nos relations (...) aujourd'hui assez fortes pour que les scandales de ce genre ne puissent leur causer du tort", a encore dit Poutine.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com