Roger Lemerre : «Il nous faudra deux jours pour oublier cette déroute»





Au cours de la conférence de presse d’après-match, Lemerre a essayé de justifier, à sa façon, des choix qui ont étonné tous les observateurs à Alexandrie. * De notre envoyé spécial Kamel ZAIEM «Pour commencer, je dois préciser que le résultat de ce match est une chose, et que la gestion du groupe en est une autre. Je sais bien que cette défaite pourrait affecter la confiance du groupe, mais je ne regrette pas mes choix même si mon équipe a mérité de perdre ce match. J’ai aligné des doublures pour ménager les titulaires et mieux me situer sur les capacités des remplaçants. Le match m’a permis, toutefois, d’avoir une meilleure idée sur mon effectif et va exiger de notre part de rebondir à l’occasion de notre prochaine rencontre. Le début du match a été, pourtant, en notre faveur avec deux bonnes occasions pour mener au score, mais le but guinéen a précipité les choses». A propos du public égyptien qui a opté pour la Guinée, le sélectionneur tunisien a pris la chose avec philosophie : «Je remercie ce public d’être venu en grand nombre assister au match. Il a choisi son camp et a préféré l’équipe la plus entreprenante, mais tout s’est joué sur le terrain et je ne veux pas ôter aux Guinéens leur mérite. Les joueurs alignés n’ont pu résister à la pression dans un match à enjeu, mais je reconnais qu’ils n’ont pas été à la hauteur. A leur niveau, ils devaient profiter de l’occasion pour progresser et convaincre, mais ils ont manqué de force de caractère et ont cédé au relâchement face à un adversaire qui leur était supérieur». Ce revers va-t-il influer sur le parcours de la Tunisie et ses ambitions ? Pour répondre à cette question, Lemerre a été un peu évasif : «Après ce match, on n’a rien gagné, mais on n’a rien perdu non plus. Toutefois, on va avoir besoin de deux jours pour digérer une telle claque. Il faut se remettre au travail et bosser très dur pour passer l’écueil des quarts de finale. De toute façon, il ne faut pas qu’un seul revers gomme tout ce qu’on a fait pendant trois ans et on va faire de notre mieux pour se réhabiliter au plus vite. Aujourd’hui, l’échec a été collectif et j’en assume la responsabilité».


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com