Les Islamistes ripostent : Abbas ne peut pas dépasser le Hamas





• Un gouvernement de technocrates est plausible Le président palestinien Mahmoud Abbas ne peut pas "dépasser le Hamas" et former un gouvernement qui ne bénéficie pas de son appui, a affirmé hier le porte-parole du mouvement islamiste palestinien Mohamed Nazzal. Le Quotidien-Agences Abbas "a le droit conformément à la loi fondamentale de l'Autorité palestinienne de ne pas demander au Hamas de former le gouvernement, mais notre mouvement dispose de la majorité parlementaire et conformément à cette même loi il peut accepter ou rejeter la formation du gouvernement", a affirmé Nazzal joint par téléphone à Beyrouth. "Le Hamas ne peut pas être dépassé", a-t-il ajouté. "Il n'est pas opportun de poser des conditions au Hamas qui a été mandaté par le peuple palestinien et toutes les parties doivent respecter la volonté de notre peuple", a affirmé Nazzal. Le porte-parole du Hamas a réitéré que son mouvement souhaitait "la formation d'un gouvernement d'union nationale", précisant que "l'idée de la mise en place d'un gouvernement de technocrates est parmi les options évoquées". Il a indiqué qu'une délégation dirigée par le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal, "se rendra au Caire la semaine prochaine pour des consultations à ce sujet (la formation du gouvernement) avec les responsables égyptiens". "Nous commencerons par le Caire une tournée arabe", a-t-il dit refusant toutefois de préciser les étapes suivantes. Nazzal a toutefois nié que Mechaal se rendra à Gaza pour rencontrer le président de l'Autorité palestinienne comme l'avait affirmé un responsable palestinien au Caire. Selon lui, la délégation regroupant trois dirigeants politiques du Hamas dans les Territoires palestiniens "est déjà arrivée à Damas" pour des consultations internes avec les responsables du mouvement. Cette délégation, qui a quitté Gaza mercredi via le poste-frontalier de Rafah, a fait escale au Caire mais n'a pas rencontré des responsables égyptiens, a-t-il indiqué. Le Hamas a écrasé le Fatah aux législatives obtenant 76 sièges sur les 132 du Parlement contre 43 pour le parti de Abbas, qui a régné sans partage pendant une décennie sur les institutions de l'Autorité palestinienne. ________________________________ Qoreï Nous recherchons d’autres sources de financement Ramallah-Agences Le Premier ministre palestinien sortant Ahmed Qoreï a affirmé hier que l'Autorité palestinienne était en contact avec des pays arabes pour pallier le déficit créé par la décision d'Israël de geler le transfert de fonds aux Palestiniens. "Pour Israël, le fait de geler cet argent est une forme de punition collective. Nous espérons qu'Israël versera cet argent parce que c'est notre droit", a affirmé à la presse Qoreï au début d'une réunion ministérielle. Israël avait annoncé dimanche le "gel" des fonds qu'il verse d'ordinaire à l'Autorité palestinienne tous les 1er du mois, de peur qu'ils ne parviennent à des éléments "terroristes". Les fonds, de 40 à 50 millions de dollars, remboursent les taxes douanières imposées aux marchandises destinées aux Palestiniens, qui transitent par les ports et aéroports israéliens. "Nous essayons de trouver d'autres sources de financement. Nous sommes en contact avec l'Arabie Saoudite, le Qatar et les Etats du Golfe. Nous espérons obtenir très prochainement les fonds nécessaires pour payer les employés du secteur public", a poursuivi le premier ministre.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com