EGYPTE – R.D. CONGO : Voie dégagée pour les Pharaons ?





L’Egypte partira favorite devant une RD Congo qui aspire toutefois à réaliser un exploit digne de son surnom, les «Simbas». L’Egypte a atteint l’un de ses principaux objectifs, à savoir terminer 1ère de son groupe après un match héroïque gagné contre son principal adversaire, la Côte d’Ivoire. Grâce à cette réalisation, les Egyptiens ont fait d’une pierre plusieurs coups. En premier lieu, ils vont éviter «l’ogre» de la compétition, le Cameroun, en quarts de finale. Ensuite, ils vont hériter de la RD Congo qui a constitué la surprise du groupe B, devançant les Mondiaux angolais et togolais, mais enregistrant seulement une victoire contre le Togo et passant de justesse le tour devant l’Angola. Enfin, l’équipe de Chehata aura un parcours assez dégagé jusqu’à la finale, puisque l’équipe la plus difficile qu’elle aura éventuellement à rencontrer sera soit la Guinée, soit le Sénégal. Autrement dit, le Cameroun ou la Tunisie qui constituent les principaux obstacles pour une accession à la finale ne seront plus sur la route de l’Egypte que lors de la finale et à ce stade tout peut arriver. Mais d’ici-là, les Pharaons auront à croiser le fer avec l’invité surprise des quarts de finale, le Congo. * Rien à perdre Les protégés de Claude Leroy savent à quoi ils s’attendent devant l’un des plus grands favoris de la compétition qui évoluera de surcroît avec le soutien de plus de 70.000 spectateurs. Mission impossible ? Seuls les Congolais peuvent répondre à cette question, car pour tous les observateurs présents à la CAN, il ne fait aucun doute que l’Egypte va faire une bouchée des «Simbas». N’a-t-elle pas fait plier avant eux les «Eléphants» avec le résultat en sus. Tout le monde s’attend donc à voir dans quelle sauce l’Egypte, va «bouffer» les camarades de l’intenable Lua Lua, excepté certainement ces derniers qui sont conscients qu’ils n’ont rien à perdre dans cette rencontre, chose qui peut les aider énormément à sortir un grand match. Qu’en est-il des Egyptiens ? Ils sont certainement du même avis que tout le monde. Ils pensent qu’ils ne vont pas caler après avoir dégagé de leur route la Côte d’Ivoire et momentanément le Cameroun. Mais il est aussi vrai que toute la pression des 60 millions d’Egyptiens sera sur leurs épaules. Sauront-ils la supporter ? S’ils arrivent à se transcender comme ils l’ont fait face aux Ivoiriens, rien ne les arrêtera. Moncef SEDDIK


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com