OTAN : Merkel et Rumsfeld avocats de la fermeté contre l’Iran





Le Quotidien-Agences La chancelière allemande Angela Merkel et le secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld ont prôné hier devant la conférence sur la sécurité de Munich la fermeté dans le bras de fer avec l'Iran sur son programme nucléaire, tout en espérant une solution négociée. Rumsfeld a accusé Téhéran d'être "aujourd'hui le principal Etat dans le monde parrainant le terrorisme", ajoutant cependant que les Etats-Unis soutenaient une solution diplomatique dans le contentieux nucléaire. Dans un premier discours sur la politique de défense de son gouvernement, très attendu de ses alliés, Merkel a affirmé que "l'Iran avait franchi expressément la ligne rouge" et devait accepter de négocier "en profondeur" sur la proposition russe d'enrichir en Russie l'uranium iranien, qui a, a-t-elle noté, le soutien crucial des Etats-Unis. "Nous devons empêcher l'Iran de développer les armes nucléaires", a-t-elle ajouté, soulignant qu'un recours à une solution militaire contre la République islamique n'était pas envisagé. Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères chargé des questions juridiques et internationales, a reproché à Merkel de faire "deux poids deux mesures", en soupçonnant à tort l'Iran de vouloir la bombe atomique tout en acceptant qu'Israël puisse conserver "deux cents têtes nucléaires". Araghchi avait ajouté ne pouvoir comprendre pourquoi on reproche à l'Iran d'"avoir franchi la ligne rouge" à cause "de petites activités de laboratoire" ayant un objectif uniquement pacifique. Pour sa part les dirigeants américains sont des "terroristes" et représentent l'axe du mal, a déclaré hier le ministre iranien de la Défense, Mostapha Mohammad Najar, réagissant aux propos du secrétaire américain à la Défense. "Les dirigeants américains sont des terroristes et représentent le vrai axe du mal", a déclaré Najar, selon l'agence officielle Irna. Najar a qualifié d'"insolents" les propos du secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, qui a déclaré hier que l'Iran était le principal soutien au terrorisme dans le monde. "Au lieu d'accuser les autres, Rumsfeld ferait mieux de réparer le déshonneur des Américains en Afghanistan et en Irak, car l'opinion publique mondiale n'oubliera pas la torture des prisonniers d'Abou Ghraib" en Irak, a ajouté le ministre iranien.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com