Le Conseil de sécurité met le Hamas sous pression





Nations-Unies — Agences Neuf jours après la victoire du Hamas aux élections législatives palestiniennes, le Conseil de sécurité des Nations unies a déclaré que tous les membres d'un futur gouvernement palestinien devraient déposer les armes et reconnaître Israël. Le Conseil de sécurité voulait faire une déclaration au lendemain des élections du 25 janvier, mais il a dû la différer en raison d'objections de son seul membre arabe, le Qatar, qui voulait que le texte soit plus critique envers Israël. Après un long débat, le Qatar a renoncé à ses objections et la déclaration est pratiquement identique au projet initial, ont rapporté des membres du Conseil de sécurité. Le texte, approuvé à l'unanimité, rappelle à Israël et aux Palestiniens leurs obligations dans le cadre de la "feuille de route", le plan international de paix au Proche-Orient, et il souligne la nécessité pour l'Autorité palestinienne de prévenir les attentats et de "démanteler les infrastructures du terrorisme". Sans mentionner nommément Israël, il dit que l'extension des colonies juives de peuplement en territoire palestinien doit cesser et il réaffirme ses préoccupations concernant le tracé de la longue clôture bâtie par l'Etat juif pour se protéger des attentats suicide, qui empiète sur le territoire de la Cisjordanie occupée. * La dernière chance Le président palestinien Mahmoud Abbas devrait, lors de leur première rencontre hier à Gaza, tenter de convaincre les dirigeants du Hamas de renoncer à la violence et de respecter les accords signés par l'Autorité palestinienne. La réunion est la première entre le chef de l'Autorité palestinienne et les leaders du groupe islamiste depuis leur éclatante victoire aux élections législatives du 25 janvier. "Abou Mazen (Mahmoud Abbas) va rencontrer des dirigeants du Hamas dans le courant de la journée", a déclaré son porte-parole, Nabil Abou Roudeina peu avant la réunion. Mahmoud Abbas a réitéré avant-hier qu'il estimait que le nouveau gouvernement devrait respecter les accords déjà signés par l'Autorité palestinienne. Interrogé par des journalistes qui lui demandaient s'il comptait poser des conditions au Hamas, Mahmoud Abbas a répondu: "Je leur demanderai de respecter les accords passés par l'Autorité palestinienne". Ces accords comprennent notamment l'engagement à respecter la feuille de route, actuellement au point mort, qui prévoit la création à terme d'un état palestinien indépendant aux côtés d'Israël.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com