Caricatures du Prophète Mohamed : La colère ne s’apaise pas





• Trois morts en Afghanistan, un quatrième en Somalie Les manifestations suscitées par la publication en Europe de caricatures du Prophète Mohamed ont fait hier quatre morts : Trois en Afghanistan et un quatrième en Somalie, tandis que la colère semblait ne connaître aucun répit ailleurs dans le monde musulman. Le Quotidien-Agences Deux personnes ont été tué hier près de Kaboul lors d’une manifestation contre la publication en Europe de caricatures du Prophète. Au paravant un manifestant a été tué à Mihtarlam, capitale de la province de Laghman, dans l'est de l'Afghanistan. La police a tiré des coups de feu et au moins cinq personnes ont été blessées par balles lors de cette manifestation. Un millier de personnes y ont réclamé la fermeture de l'ambassade du Danemark, le pays où les dessins ont été publiés pour la première fois en septembre. En Afghanistan, les manifestants réclamaient en outre le départ des quelque 170 soldats danois dont Copenhague a prévu de doubler le nombre d'ici quelques mois. Dimanche à Beyrouth, des émeutes survenues dans un quartier chrétien lors d'une manifestation avaient déjà fait un mort par asphyxie et une cinquantaine de blessés, selon un nouveau bilan établi hier par la police. 174 personnes ont été arrêtées dans ces émeutes au cours desquelles le consulat de Danemark avait été incendié et qui ont provoqué la démission du ministre de l'Intérieur, Hassan Sabeh. Hier encore, au moins une personne a été tuée et plusieurs autres blessées hier dans la ville portuaire de Bossaso (nord-est de la Somalie) lors d'affrontements entre forces de sécurité et manifestants dénonçant la publication de caricatures, ont indiqué des témoins et la police. "La police a ouvert le feu sur (des manifestants) qui jetaient des pierres", a déclaré sous couvert d'anonymat un policier, selon qui un manifestant a été tué et plusieurs blessés. Les manifestants jetaient des pierres sur les bureaux des organisations internationales d'aide et des Nations unies, selon ce policier et des témoins, joints depuis Mogadiscio. "Nous n'insultons la religion de quiconque et n'acceptons les insultes de quiconque", disaient notamment ces manifestants. * Manifestations en série Ailleurs dans le monde, la colère des musulmans semblait ne pas s'apaiser. La police palestinienne a dispersé manu militari hier des centaines d'écoliers qui manifestaient contre les caricatures controversées du Prophète Mohamed en jetant des pierres sur le bureau de l'Union européenne à Gaza, ont indiqué des témoins. Les policiers ont dispersé les manifestants à coups de matraques et des tirs en l'air, ont précisé les témoins sans faire état de blessés. En Egypte, des milliers d’étudiants menés par le Cheikh d’Al Azhar ont manifesté hier au Caire. “Le boycotage de tous le pays qui ont porté atteinte au Prophète est un devoir de la nation misulmane” a affirmé Tantaoui devant les manifestants. En Indonésie, la police a tiré en l'air devant le consulat des Etats-Unis de la ville de Surabaya, deuxième du pays, pour repousser des manifestants, au nombre d'environ 200, qui avaient peu avant commis des dégradations limitées sur un autre bâtiment hébergeant le consulat du Danemark. Des centaines d'autres Indonésiens s'étaient quelques heures avant rassemblés dans le calme dans la capitale Jakarta. Environ trois cents membres du Parti de la justice et de la prospérité (PKS), un parti islamiste, ont brandi des banderoles affichant en anglais et en indonésien: "Le gouvernement danois doit s'excuser pour avoir diffamé le Prophète Mohamed ". En Inde, une grève générale de protestation a paralysé hier le Cachemire, Etat à majorité musulmane en proie à une lutte islamique séparatiste. Des groupes de manifestants sont descendus dans les rues de Srinagar, capitale d'été de l'Etat indien, scandant des slogans contre les "ennemis de l'islam", selon des témoins. En Thaïlande, plus de 200 personnes ont manifesté devant l'ambassade du Danemark à Bangkok. Environ 5% des Thaïlandais sont de confession musulmane, le reste étant majoritairement bouddhiste. Non loin de là, un journal malaisien a annoncé la démission d'un de ses rédacteurs en chef après la publication dans ses pages des caricatures. En signe de représailles, Djibouti, petit pays musulman de la Corne de l'Afrique, a interdit les importations de produits danois. ____________________________ Le Danemark multiplie les efforts diplomatiques Le Quotidien-Agences Le Danemark a appellé hier ses ressortissants à éviter de nombreux pays musulmans et multiplie les démarches diplomatiques pour tenter de désamorcer la crise. Hier, le ministère danois des Affaires étrangères a déconseillé aux Danois d'effectuer des voyages qui ne sont pas "absolument nécessaires" dans 14 pays musulmans, parmi lesquels l'Egypte, l'une des destinations favorites des vacanciers du royaume en hiver. Une situation inquiétante pour le secteur du tourisme qui est "désormais sérieusement affecté par les développements dramatiques de l'affaire des caricatures du Prophète Mohamed au Moyen-Orient", estime Take Off, une lettre d'information sur les voyages. Le ministre danois des Affaires étrangères Per Stig Moeller s'est dit "horrifié" dimanche face à la montée de la violence au Moyen-Orient et lors d'une conférence de presse à Copenhague, il a indiqué avoir pris contact avec le secrétaire général de l'Onu Kofi Annan et des dirigeants politiques — arabes et occidentaux — et religieux. Pour tenter d'apaiser la colère des musulmans, Per Stig Moeller, a proposé de se rendre au siège de l'Organisation de la conférence islamique (OCI). Cette proposition a été accueillie favorablement par l'OCI qui a déploré dimanche les attaques contre les ambassades du Danemark et de la Norvège à Damas, les qualifiant de "réactions démesurées" portant gravement atteinte à l'image de l'islam. ____________________________ Des Irakiens veulent une fatwa pour assassiner les caricaturistes danois Le Quotidien-Agences Deux mille chiîtes irakiens ont réclamé hier matin une fatwa de leurs dirigeants religieux autorisant l'assassinat des auteurs des caricatures de Mohamed jugées blasphématoires alors que l'ambassadeur du Danemark à Bagdad était dans l'expectative. Derrière une large banderole sur laquelle était écrit "Nous demandons à notre Marjaïya (autorité religieuse) d'émettre une fatwa claire autorisant l'assassinat des caricaturistes", les manifestants arborant le Coran se sont rassemblés au centre de Kout (175 km au sud de Bagdad) à l'appel du courant du chef Moqtada Sadr. Ils ont brûlé des drapeaux danois et crié "Non, non à Israël", "Non, non à l'Amérique". Sur des banderoles étaient écrits "Honte au journal danois qui a publié les caricatures portant atteinte à notre Prophète Mohamed". "Publier de telles images encourage le terrorisme". Le chef du mouvement Sadr dans la ville, Moudafar Al-Battat, a estimé que ces dessins "ne visent pas seulement l'islam mais toutes les religions" et a demandé au gouvernement irakien de "cesser toute coopération avec le Danemark, premier pays à avoir publié ces caricatures". Par ailleurs, un millier de personnes ont manifesté à l'initiative de mouvements islamiques devant le siège du gouvernement autonome dans la ville kurde de Souleimaniyah en scandant "il y n'y a pas d'autre dieu que Dieu et Mohamed est son Prophète". Appartenant au courant Sadr, le ministre irakien des Transports Salam Al-Maliki a affirmé hier avoir décidé de cesser tous les contacts avec le Danemark.. "Nous avons pris la décision de geler les relations et les contacts avec toutes les compagnies danoises et norvégiennes jusqu'à ce que la position de leur gouvernement soit claire", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. Des soldats danois en Irak ont été dimanche la cible de tirs dans le sud du pays, a rapporté lundi l'agence de presse Ritzau. "Une patrouille (...) a essuyé des tirs d'irakiens en colère dimanche après-midi", selon l'agence. L'incident a eu lieu alors que la patrouille tentait de donner des premiers soins à 10 à 15 enfants blessés lors d'un accident de la route à 10 km au sud de Al Qurnah.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com