Recrutement des instituteurs : Bientôt, un concours au profit des maîtrisards





Le ministère de l’Education et de la Formation envisage d’organiser un concours national pour recruter des milliers d’instituteurs parmi les maîtrisards. Tunis-Le Quotidien Deux enjeux de taille expliquent le recours du ministère au recrutement des instituteurs parmi les titulaires de maîtrises. Il s’agit, en premier lieu, de l’embauche de plusieurs milliers de maîtrisards en lettres et sciences humaines. L’enseignement secondaire n’est plus capable d’absorber le nombre croissant de maîtrisards. Preuve en est : la dernière session du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement secondaire (CAPES) a enregistré la participation de 55866 candidats alors que le nombre de postes à pourvoir ne dépasse pas les 3 mille. * Le défi de la qualité Le deuxième enjeu n’est autre que l’amélioration de la qualité de l’enseignement primaire. Les objectifs du ministère tournent désormais autour de la baisse du nombre des élèves par classe à 19 seulement au lieu de 24,1 actuellement. Le ministère cherche également à atteindre une moyenne d’un enseignant pour 17 élèves contre un enseignant pour 19 élèves actuellement. La généralisation de l’enseignement de l’anglais au cours de la 6ème année de l’enseignement de base explique aussi l’organisation d’un concours pour le recrutement des instituteurs maîtrisards aux côtés des diplômés des écoles supérieures de formation des instituteurs. Des nouveautés à l’origine du besoin grandissant de 4500 écoles primaires en «instituteurs compétents» en dépit de la tendance à la baisse du nombre des élèves — une baise de 42 mille élèves a été enregistrée durant l’année scolaire 2005-2006 par rapport à l’année précédente — dans les établissements éducatifs primaires. Le ministère recrute depuis quelques années un nombre limité d’instituteurs parmi les maîtrisards qui ont participé au programme national de l’enseignement des adultes, les suppléants et des candidats représentant des cas sociaux. Et c’est justement cette expérience jugée «positive» par M. Sadok Korbi, ministre de l’Education et de la Formation, au cours du débat entre le gouvernement et les députés sur l’éducation et la formation tenu récemment dans l’hémicycle de Bardo, qui a encouragé le ministère à faire appel aux maîtrisards pour enseigner dans les écoles primaires. Reste à savoir quelle sera la position du syndicat de l’enseignement de base dans ce dossier. Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com