Caricatures du Prophète : Le concert des manifestations se poursuit





De l’Europe même, où les caricatures contre le Prophète Mohamed ont paru, passant par les pays asiatiques et africains, le concert des manifestations des musulmans en colère continue. Le Quotidien-Agences Une manifestation s’est tenue hier après-midi dans le centre de Bruxelles pour protester contre la publication de caricatures du Prophète Mohamed, ont indiqué les organisateurs. La manifestation s’est déroulée devant le Palais de justice de la capitale belge «le but de cette manifestation est d'extérioriser ce que les musulmans ressentent. Nous sommes profondément blessés et on n'entend pas beaucoup d'hommes d'Etat démocratiques nous soutenir", a déclaré Zohra Bonomar, membre de la plate forme qu a appelé à la manifestation. Les manifestants sont invités à porter des vêtements blancs, "en signe de deuil", et une étoffe verte, "couleur préférée du Prophète", a-t-elle expliqué au quotidien belge Le Soir. Plusieurs milliers de personnes avaient déjà manifesté sans incident dimanche dernier à Bruxelles pour protester contre la publication de ces caricatures. Ce rassemblement n'avait pas été annoncé à l'avance, et les participants avaient été prévenus par SMS. Le cortège avait grossi tout au long du parcours pour atteindre environ 4.000 personnes devant le siège de la RTBF, la télévision publique francophone belge, où les participants avaient crié leur colère contre les médias européens. * «A bas le Danemark» Par ailleurs, près de 20.000 Bangladais ont manifesté hier à Dacca contre la publication de caricatures, certains d'entre eux brûlant des drapeaux danois, selon la police du troisième plus grand pays musulman du monde. Des milliers de manifestants ont commencé à défiler vers l'ambassade du Danemark à la sortie de la mosquée Baitul Mukarram où ils avaient assisté à la prière du vendredi. Ils brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "La liberté d'expression symbolise la guerre contre l'islam" et scandaient des slogans comme "A bas le Danemark". En Inde, des milliers de musulmans ont manifesté hier à New Delhi, criant «Mort au Danemark» et brûlant des drapaux de ce pays. Les manifestations ont commencé après la prière du vendredi à la sortie de la mosquée Jama Masjd, la plus grande d’Inde. Le chef de la mosquée, Ahmed Bukhari, a demandé au gouvernement indien d’obtenir de excuses du gouvernement danois. Toutefois en Asie, de nouvelles manifestations contre les caricatures se sont déroulées hier en Indonésie, le plus grand pays musulman du monde, où des responsables islamiques ont appelé à la retenue lors des protestations. Plus de mille Indonésiens musulmans se sont rassemblés dans la ville de Cirebon, dans l'ouest de Java, en exigeant une rupture des relations diplomatiques avec le Danemark. "Rappelons notre ambassadeur au Danemark et coupons les liens diplomatiques avec ce pays car les caricatures ont blessé les sentiments des musulmans", a lancé Hasan Bajri, l'organisateur de la manifestation. Quelque trois cents personnes ont par ailleurs protesté devant le consulat danois de Medan, au nord de l'île de Sumatra. En Malaisie, deux milliers de musulmans selon la police, trois mille selon les organisateurs, ont manifesté pacifiquement hier devant l'ambassade du Danemark. Aux cris de "Allah Akbar", les manifestants brandissaient des banderoles sur lesquelles était notamment écrit "A bas le Danemark". Ils ont défilé après la prière du vendredi jusqu'à l'ambassade où un groupe de jeunes partisans du Parti islamique pan-malaisien (PAS) a remis une pétition condamnant "la représentation la plus irresponsable ... du Saint-Prophète». Enfin et en Afrique, le Conseil supérieur des imams ivoiriens (Cosim) a "fermement" condamné la publication des caricatures, demandant au Danemark et à la Norvège de "présenter des excuses appropriées" au monde musulman. ________________________________ «Magazinet» exprime ses regrets, les musulmans de Norvège les acceptent Le Quotidien-Agences Le rédacteur en chef du magazine chrétien norvégien Magazinet, Vebjoern Selbekk, a répété hier qu'il "regrettait profondément" l'offense faite aux musulmans, indignés par les caricatures du Prophète Mohamed, sans toutefois s'excuser pour la publication elle-même. Le Conseil islamique, organisation parapluie pour les musulmans de Norvège, s'est dit satisfait des regrets de Selbekk, à la formulation desquels l'organisation a contribué. "Je m'adresse personnellement au milieu musulman pour dire que je suis désolé que vos sentiments religieux aient été blessés (...). Cela n'a jamais été notre intention de blesser qui que ce soit", a déclaré Selbekk lors d'une conférence de presse. "En tant que rédacteur en chef, je n'ai pas complètement réalisé combien la publication du fac-similé (des dessins d'abord parus dans le journal danois Jyllands-Posten, ndlr) était blessante. Je tiens à m'en excuser aujourd'hui. Je regrette profondément que vos sentiments religieux à vous, musulmans, aient été blessés par ce que nous avons fait", a-t-il ajouté. Le Conseil islamique, qui représente de nombreuses associations musulmanes et de nombreux imams de Norvège, a accepté ces "excuses". "Nous sommes heureux que Selbekk ait compris combien cela a été douloureux pour les musulmans et nous demandons aux musulmans d'accepter ses excuses", a indiqué l'organisation dans un communiqué. "Les imams de Norvège condamnent tout recours de la violence et toute menace d'y recourir, que ce soit par ou contre les musulmans", précise le communiqué. Adoptant une ligne similaire à celle de Jyllands-Posten, Selbekk n'a pas expressément présenté d'excuses pour la publication, elle-même, des caricatures. ________________________________ Le Jihad islamique met en garde Le mouvement palestinien Jihad islamique a menacé hier de "brûler la terre sous les pieds" des auteurs de toute future "atteinte" au Prophète Mohamed, lors d'une manifestation à Gaza contre les caricatures controversées. "Nous allons nous contenter d'excuses des gouvernements (européens) mais s'ils persistent dans l'atteinte au Prophète, nous brûlerons la terre sous leurs pieds", a lancé un chef du Jihad, Khader Habib, en haranguant des milliers de personnes qui ont participé à la manifestation après la prière du vendredi. "Nous disons à l'Occident mécréant: aujourd'hui nous nous en tenons aux manifestations et aux marches mais s'ils ne cessent pas les atteintes au Prophète, nous allons sacrifier notre sang pour le défendre", a-t-il ajouté. A Al-Qods, des dizaines de fidèles ont manifesté sur l'esplande des Mosquées après la prière du vendredi, scandant des slogans contre le Danemark et la France. Un drapeau danois a été déchiré lors de la manifestation et les morceaux ont été piétinés par les fidèles. L'un d'eux a essuyé ses chaussures avec un lambeau du drapeau. Dans son prêche, le prédicateur de la mosquée Al-Aqsa a qualifié les auteurs des caricatures d'"apostats haineux". ________________________________ Le dirigeant de Malaisie dénonce un "abîme" entre islam et Occident Le Quotidien-Agences Le Premier ministre malaisien Abdullah Ahmad Badawi, dont le pays préside l'Organisation de la conférence islamique (OCI), a dénoncé hier "un abîme" entre le monde musulman et l'Occident accusé de "diabolisation de l'islam". L'Occident voulait contrôler le gaz et le pétrole du monde. Cette raison, ainsi que le colonialisme et "l'imposition d'Israël au monde arabe", ont creusé un gouffre avec l'islam, a-t-il dit. Cela "a contribué d'une manière ou d'une autre à l'apparition d'un profond abîme entre l'Occident et l'islam", a ajouté Abdullah devant des responsables religieux et des universitaires réunis pour une conférence internationale dans la capitale Kuala Lumpur. Dans une allusion à la publication de caricatures du Prophète Mohamed qui a enflammé les musulmans, le dirigeant a dénoncé ceux qui "tournent en dérision les religions, quelles qu'elles soient". "Beaucoup en Occident voient l'Islam en synonyme de violence. Le musulman est perçu comme un terroriste congénital... Ils pensent qu'Oussama Ben Laden parle au nom de la religion et de ses fidèles. L'Islam et les musulmans sont toujours perçus comme quelquechose de négatif et d'arriéré", a-t-il déclaré. "La diabolisation de l'islam ... est largement répandue dans la société occidentale", a-t-il dit, admettant que la "violence absurde" perpétrée par des extrémistes avaient "aggravé les choses".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com