Israël brandit l’arme économique contre le Hamas : …A la diète !





Israël a brandi hier l'arme économique contre une Autorité palestinienne sous la direction du Hamas en menaçant de mettre les Palestiniens "à la diète". Le Quotidien-Agences Israël s'apprête à imposer des sanctions économiques à l'Autorité palestinienne après la victoire du Hamas, à commencer par le non remboursement de taxes, selon une source gouvernementale. Lors d'une réunion de hauts responsables, il a été proposé de stopper tout versement de fonds à l'Autorité palestinienne, mais de permettre à des organisations humanitaires internationales de poursuivre leur aide à la population. "L'idée, c'est d'imposer une diète aux Palestiniens mais pas de les faire mourir de faim", a déclaré lors de la rencontre le conseiller du Premier ministre Dov Weisglass, dans des propos rapportés par la radio publique. La ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, qui présidait la réunion, a déclaré qu'Israël cesserait le versement de taxes dues à l'Autorité palestinienne dès l'entrée en fonctions demain du nouveau Parlement. Ces fonds correspondent essentiellement au produit de la TVA et des droits de douane prélevés sur les produits importés dans les Territoires palestiniens et transitant par Israël. Livni a estimé que la position d'Israël sera acceptée par Washington. La Chambre des représentants américaine s'est prononcée à la quasi-unanimité avant-hier soir contre l'octroi d'une aide directe à l'Autorité palestinienne, tant qu'elle sera dominée par un parti appelant à la destruction d'Israël. "Après demain, le Hamas qui est une organisation terroriste deviendra en charge des finances. Dans ces conditions, on ne peut attendre d'Israël un transfert d'argent pour le mois prochain" a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Mark Regev. Le Premier ministre par intérim Ehud Olmert doit décider aujourd’hui des mesures que prendra Israël après une réunion de hauts responsables sécuritaires à Tel Aviv. * Mise en garde Dans le camp du Hamas, le nouveau député Fathi Hamd a mis en garde Israël contre la tentation d'imposer un blocus économique. De telles mesures ne "feront que renforcer notre mouvement" et accroître l'"animosité envers Israël", a-t-il déclaré à la radio publique israélienne, rappelant l'échec des tentatives israéliennes d'empêcher la participation du Hamas aux élections. Ismaïl Haniyeh, favori pour former le gouvernement, a affirmé que le Hamas avait "reçu une invitation pour se rendre prochainement en Russie". Il a ajouté qu'une délégation "composée de responsables du mouvement des Territoires palestiniens et de l'exil" se rendrait dans la capitale russe. Le président russe Vladimir Poutine avait annoncé le 9 février à Madrid qu'il inviterait "prochainement" des responsables du Hamas pour des discussions sur l'avenir du processus de paix israélo-arabe. Cette initiative, soutenue par Paris, avait provoqué la colère des Israéliens alors que Washington avait demandé des "explications" russes. _____________________________ Mechaal à Ankara Ankara-Agences Le chef du Bureau politique du mouvement Hamas, Khaled Mechaal, est arrivé hier en Turquie, pays qui a proposé sa médiation entre le Hamas et Israël, pour des entretiens à Ankara, a annoncé le ministère turc des Affaires étrangères. La délégation du Hamas, grand vainqueur des élections législatives palestiniennes du 25 janvier, "doit avoir des rencontres et les attentes de la communauté internationale lui seront transmises de la manière la plus claire possible", précise un communiqué. Cette visite se réalise suivant une demande du Hamas, souligne le document. Un diplomate turc a indiqué que "les parties américaines et israéliennes ont été informées mercredi soir de cette visite". On ignorait le programme de la délégation. La représentation palestinienne à Ankara a affirmé ne pas être au courant de cette visite. _____________________________ Haniyeh : «Nous misons sur l’aide arabe» Gaza-Agences Le chef de file du Hamas et probable prochain Premier ministre Ismaïl Haniyeh a affirmé hier que son mouvement comptait sur l'aide de pays arabes et islamiques et écarté toute épreuve de force avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Dans une interview accordée à son domicile, dans le camp de réfugiés de Chatti à Gaza, Haniyeh a en outre affirmé que le Hamas, qui s'apprête à former le gouvernement après sa victoire aux législatives de janvier, va s'efforcer également d'assainir les finances de l'Autorité palestinienne. "Premièrement, en instaurant une gestion financière saine et transparente nous ferons beaucoup d'économies", a affirmé Haniyeh, assis dans son salon sous un portrait du chef spirituel du Hamas Ahmad Yassine, assassiné par Israël en 2004. "Deuxièmement, nous pensons que les pays arabes et islamiques, au niveau officiel et populaire, ne vont pas nous abandonner", a-t-il ajouté en réponse à une question sur les menaces de l'Occident de couper l'aide aux Palestiniens si le Hamas ne renonce pas à la lutte armée et ne reconnaît pas le droit à l'existence d'Israël. Haniyeh a en outre affirmé que "des institutions internationales, comme la Banque mondiale, nous ont assuré qu'elles allaient maintenir le financement de projets qu'elles supervisent dans les Territoires palestiniens". Sur la question de savoir si le Hamas allait faire appel à l'aide financière de l'Iran, Haniyeh s'est borné à indiquer qu'une délégation de son mouvement se rendrait prochainement à Téhéran dans le cadre d'une tournée dans des pays arabes et islamiques.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com