Mechaal à Téhéran : Le Hamas vient chercher un soutien en Iran





Le chef politique du mouvement islamiste palestinien Hamas, Khaled Mechaal, se trouvait mardi à Téhéran où il a réclamé un soutien pour l'Autorité palestinienne, dont les finances sont menacées par la décision d'Israël de geler des transferts de fonds. Le Quotidien-Agences "Nous avons demandé le soutien et l'aide de la République islamique au peuple palestinien, comme nous l'avons fait dans nos voyages dans d'autres pays musulmans", a déclaré Khaled Mechaal, arrivé dimanche en Iran. Ces dernières années, l'Iran a apporté une aide, officiellement uniquement morale, aux groupes islamistes palestiniens et en particulier au Hamas. La victoire du mouvement islamiste a été saluée par l'Iran, qui estime ainsi sa position renforcée sur la scène régionale. Mechaal, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse commune avec le chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki, a minimisé l'impact de la décision israélienne de geler des fonds dus à l'Autorité palestinienne, tout en la jugeant "injuste". "Nous aurons certains problèmes (...) mais nous pouvons les compenser avec le soutien du monde arabe et islamique", a déclaré Mechaal. Le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a proposé que tous les musulmans du monde apportent une aide financière annuelle aux Palestiniens, lors d'un entretien avec Khaled Mechaal. "Il faut élaborer un plan pour que tous les musulmans puissent apporter (...) une aide annuelle financière aux Palestiniens", a dit Khamenei, cité par la télévision d'Etat. Cette aide "créera un lien important entre les musulmans et la cause palestinienne et aura un impact important dans le monde", a ajouté le numéro un iranien. * Proposition Pour sa part, le chef de la diplomatie iranienne a affirmé que Téhéran soutenait "une proposition du Premier ministre de Malaisie (Abdullah Ahmad Badawi) pour une décision de l'Organisation de la conférence islamique (réunissant les pays musulmans) afin d'aider le gouvernement et le peuple palestinien". Le chef du bureau politique du Hamas a rejeté par ailleurs toute négociation avec les Israéliens en affirmant qu'elle représentait "une perte de temps" à ce stade. "La direction israélienne se cantonne dans des actes unilatéraux pour assurer les intérêts sécuritaires d'Israël, sans tenir compte des intérêts des Palestiniens. Par conséquent, négocier avec Israël sur cette base est une perte de temps", a dit Mechaal. "Israël doit d'abord reconnaître nos droits et accepter de se retirer des territoires palestiniens et ensuite nous prendrons une décision sur des négociations", a-t-il ajouté. Avant-hier, le numéro un iranien avait soutenu la position du Hamas qui "refuse de reconnaître l'Etat d'Israël et de mener des discussions avec les Israéliens, exige le retour des réfugiés palestiniens et réclame que El Qods soit la capitale de la Palestine". L'ayatollah Khamenei avait ajouté que "le respect de ces lignes rouges était la seule voie pouvant mener à la victoire". _____________________________ Suspension de mesures votées par le parlement sortant : Le Fatah indigné Ramallah-Agences Le chef du bloc parlementaire du Fatah a violemment dénoncé hier la suspension de mesures votées par la Chambre sortante, décidée par le nouveau président du Parlement issu du Hamas. "Les décisions prises hier (lundi) par le président du Conseil législatif (CLP) sont illégales et violent les statuts du CLP, que le nouveau président n'a apparemment pas bien lus", a déclaré le député Azzam Al-Ahmad. "Le président du CLP n'a pas le droit de geler où d'annuler des lois". Le nouveau président du CLP dominé par le Hamas, Aziz Doweik, a décidé de suspendre "toutes les nominations, promotions et autres mesures" votée par la chambre sortante, contrôlée par le Fatah, après le 25 janvier, date des législatives remportées haut la main par le mouvement radical. "Nous ne permettrons à personne de violer la loi ou les décisions qui ont été votées" par le CLP sortant, a ajouté Ahmad. Il a affirmé que la décision de Doweik "reflète une mentalité d'hégémonie et de dictature. Nous espérons qu'il s'agit d'un accident de parcours et non pas d'une méthode de travail". Ahmad a mis en garde contre "une crise qui risque d'éclater au CLP si cette ignorance et violation des lois se poursuivrait". Le CLP sortant avait approuvé lors de sa dernière séance le 13 février une série de mesures dont la légalité avait été contestée par le Hamas. Le CLP avait approuvé un décret du leader Mahmoud Abbas, lui même du Fatah, sur la création d'une Cour constitutionnelle dont il nommera le président et les juges. Cette cour sera appelée à trancher tout litige entre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. _____________________________ Un député israélien propose un blocus des députés du Hamas Al-Qods occupée-Agences Le député israélien du Likoud (droite) Youval Steinitz a proposé hier d'imposer un blocus aux députés palestiniens du Hamas, à l'instar de celui qui avait été imposé au chef historique des Palestiniens, Yasser Arafat, dans son QG de Ramallah avant son décès en 2004. "Nous devons isoler les chefs du Hamas, comme nous l'avons fait pour Arafat, le président élu de l'Autorité palestinienne (...) Il faut les empêcher de venir aux séances du parlement à Ramallah et de voter", a déclaré Steinitz à la radio publique israélienne. Il a par ailleurs accusé le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas de "mener depuis plusieurs semaines une coordination avec le Hamas pour que celui-ci forme un cabinet avec la couverture du Fatah" son parti. "Nous devons agir, faute de quoi un gouvernement (palestinien) dominé par le Hamas verra le jour et sera reconnu d'ici quelques semaines par la Ligue arabe, avec le soutien de l'Iran", a encore dit Steinitz. _____________________________ La Ligue arabe appelle les pays membres à payer leur contribution à l'Autorité palestinienne Alger-Agences Le comité de suivi de l'exécution des résolutions du sommet d'Alger de la Ligue arabe, qui s'est réuni à Alger, s'est désolé de constater que certains pays membres ne se sont pas encore acquittés de leur quote-part envers l'Autorité palestinienne. Un appel les incitant à payer leurs contributions à l'Autorité palestinienne a été lancé, a déclaré le ministre algérien représentant du président Bouteflika, Abdelaziz Belkhadem, lors de la conférence de presse animée conjointement avec le secrétaire général de la Ligue arabe, l'Egyptien Amr Moussa. Amr Moussa a évité, lui, les questions se rapportant à cette affaire. Il s'est borné à souligner que "ces aides sont destinées au peuple palestinien et non au Hamas" et a qualifié le chantage à l'argent de "problème politique grave pour les Palestiniens". Pour le secrétaire général de la Ligue arabe, "les élections législatives se sont déroulées dans un climat de véritable démocratie reconnu par tous les observateurs".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com