Détenu dans une chambre réservée aux chiens : Tarek Aziz «agonise»





Le Quotidien-Agences L'ancien vice-Premier ministre irakien Tarek Aziz, détenu par l'armée américaine, "agonise" et ne vivra pas plus d'un mois en raison d'une "embolie cérébrale et de maladies cardiaques", affirme son avocat dans des déclarations publiées hier par le quotidien arabe Al-Hayat. Selon Me Badie Arif Ezzat, Tarek Aziz est détenu dans un local "réservé aux chiens". Tarek Aziz "agonise et je ne m'attends pas à ce qu'il vive plus d'un mois" en raison des suites d'une "embolie cérébrale et de maladies cardiaques", a-t-il déclaré. Me Ezzat n'a pas précisé la date à laquelle Aziz a été atteint de ces maladies, mais a indiqué avoir constaté son mauvais état de santé lors d'une visite à son client à l'occasion de la fête d'Al-Adha. Le 28 décembre, l'avocat avait indiqué avoir rencontré Aziz et l'avoir trouvé "en bonne santé même s'il a perdu beaucoup de poids". "Son moral est bon", avait-il également ajouté. Il avait alors fait état d'"une nette amélioration des conditions de détention de son client". L'ancien responsable irakien est détenu dans une chambre sombre "réservée aux chiens", ne dépassant pas deux mètres de long et un mètre de large. Il ne la quitte que brièvement, a ajouté Me Ezzat dans ses déclarations à Al-Hayat. L'avocat a également affirmé que les accusations de massacre collectif portées contre Tarek Aziz ont été "annulées" faute de preuves. Il a cependant fait état de "tentatives de porter (contre Aziz) des charges de dilapidation de fonds publics". Agé de 69 ans, Aziz s'était rendu aux Américains peu après la prise de Bagdad. Chrétien chaldéen, il était l'un des rares dirigeants de l'ancien régime à parler l'anglais et de ce fait l'un des plus connus à l'étranger pendant les longues années durant lesquelles il a servi à la tête de la diplomatie de son pays, notamment pendant la crise et la guerre du Golfe (1990-1991). D'autre part, Jamal Moustafa, l'époux d'une des filles du président déchu, Saddam Hussein, et Louaïe Khairallah Telfah, beau-frère de l'ancien président, sont encore détenus, contrairement à des informations de presse, a souligné Me Ezzat. Il a néanmoins indiqué que les forces américaines envisageaient de les libérer prochainement.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com