Les durs du Likoud se rassemblent : Non au retrait de Gaza, non à la division d’Al-Qods





Les opposants au retrait de la Bande de Gaza constituaient plus de la moitié des candidats du Likoud éligibles à la députation pour les élections législatives de mars selon les résultats officiels des primaires du parti. Le Quotidien-Agences Les derniers sondages créditaient la formation centriste Kadima du Premier ministre Ariel Sharon de plus de 40 mandats sur 120 tandis que le parti travailliste (gauche) obtiendrait 18 mandats, et que le Likoud ne disposerait que de 15 mandats, contre 40 avant la scission provoquée à la fin de l'an dernier par Sharon. Parmi les 15 premiers candidats du Likoud à la députation, huit avec le chef du parti Benjamin Netanyahu ont fait partie des opposants farouches au retrait de Gaza mené par Sharon et qui s'est achevé en septembre. Netanyahu sous les ovations du comité central du parti qui a désigné sa liste pour les législatives a salué l'équipe choisie comme "la meilleure équipe possible qui pourra ramener le Likoud à la place qui lui est due, celle de la direction de l'Etat". "Nous ferons en sorte que l'Etat ait des frontières sûres et préserveront l'unité d’Al-Qods", a poursuivi Netanyahu flanqué par le ministre démissionnaire des Affaires étrangères, Sylvan Shalom, numéro deux de la liste du Likoud. "Dimanche le gouvernement s'apprête à prendre une décision malheureuse qui sera le début de la division de Jérusalem. Le Likoud ne laissera pas faire cela", a poursuivi Netanyahu. Netanyahu qui a succédé à M. Sharon à la tête du Likoud entend faire campagne pour les législatives du 28 mars sur le tout sécuritaire et dénoncer les dangers auxquels selon lui Sharon a exposé le pays en procédant au retrait de Gaza. Il a exigé et obtenu que les quatre ministres du Likoud démissionnent du gouvernement dont la direction est assurée par le Premier ministre par intérim Ehud Olmert depuis l'hospitalisation de Sharon le 4 janvier suite à une attaque cérébrale. Netanyahu avait estimé que la démission des ministres du Likoud était impérative alors que Olmert, qui assure la direction du Kadima, depuis l'hospitalisation de Sharon, "prend des mesures qui signifient que Jérusalem va être divisé". Il faisait référence au feu vert donné par le ministre de la Défense Shaoul Mofaz à la participation des Palestiniens d’Al-Qods-Est aux élections législatives palestiniennes du 25 janvier. Olmert doit demander dimanche à son gouvernement de se prononcer définitivement sur cette question. Avant cette réunion il s’est entretenu hier avec deux hauts responsables américains, David Welch, le secrétaire d’Etat américain adjoint, et Elliot Abrams, émissaire de la Maison-Blanche pour le Proche-Orient, des élections palestiniennes du 25 janvier. Les deux émissaires américains ont ensuite rencontré le leader palestinien Mahmoud Abbas qui a insisté sur la tenue des élections législatives à Al-Qods-est et le libre mouvement des candidats et électeurs. «Les Etats-unis estiment que les Palestiniens doivent pouvoir voter partout. Nous voulons nous assurer que les gens vont pouvoir voter dans un climat de liberté et de sécurité», a déclaré pour sa part Welch. Entre-temps sur le terrain, six roquettes ont été tirées hier du nord de la bande de Gaza vers Israël, dont deux ont explosé sans faire ni victimes ni dégâts. L’armée israélienne a riposté par des tirs d’artillerie en direction du «no man’s land» dans le nord de la bande de Gaza. Ces tirs ont été revendiqués par le Jihad islamique et les Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com