Spectacle Tango, mis amores





Sublime. «La jeunesse donne des ailes», dit-on. L’amour aussi et surtout ! Sur la scène du Théâtre Municipal, le groupe Negracha a choisi de mener la danse, de plonger le public au cœur d’une culture innovante et innovatrice. «Quejas de Tango», les chants de doléances pour ces amours perdues. Soyez à l’écoute de ces cœurs qui battent la chamade et qui cachent leurs blessures derrière ces pas et ces airs très émotionnels ! Guidés par une passion fougueuse pour le tango, symbole suprême de la culture argentine, le groupe Negracha a été là sur la scène du Théâtre de la Ville de Tunis racontant des fragments de cette longue histoire «Tout feu, tout flamme». Des histoires passionnantes et passionnées rythmées sur ces airs tirés du répertoire musical argentin. «Quejas de Tango» est l’intitulé de cette balade gracieuse qu’a offert le groupe Negracha, vendredi soir, aux fidèles du Théâtre Municipal et surtout aux amoureux des découvertes. «Quejas de Tango» qui veut dire «Les plaintes du Tango» résume l’histoire récente de cette musique savante qui a pu évoluer depuis les années soixante déchirant le cocon classique. Sur la scène du Théâtre Municipal, William Sabatier avec son bandonéon, Norberto Pedreira avec sa guitare, Muricio Angarita avec sa contrebasse, Gabriel Sivak avec le piano et Dario Perez avec son violon ont raconté l’histoire de la naissance du nouveau tango jetant la lumière sur cette période charnière qui a été à l’origine de cette évolution. Une évolution rythmique qui s’est traduite sur deux plans : le rejet des clichés de l’orchestre classique surtout au niveau de la composition et l’ouverture sur d’autres airs et d’autres cultures et d’autres musiques en introduisant le jazz et d’autres instruments tels que la guitare. Toute cette histoire émotionnelle a été l’axe principal du concert de Negracha, un concert qui a permis au public du Théâtre Municipal de comprendre l’essence du Tango et de goûter les fruits de cette évolution dont le leader n’est que Astor Piazzolla et une brochette de grands compositeurs comme Leopoldo Federico, Horacio Salgan, Osvaldo Pugliese etc. «Quejas de Tango» esquisse ces nouvelles expériences qui ont permis au tango d’évoluer et de s’imposer à l’échelle internationale. J’ai choisi de revenir avec un nouveau spectacle qui donnera l’aubaine aux fans du tango d’aller plus loin avec cette musique et ces danses. Je ne vous cache pas qu’après le succès du concert de Barbara Luna, à Carthage et à Hammamet, et l’expérience menée dans le cadre du Festival de la Médina, j’ai songé qu’il est important de faire un autre pas en avant alors j’ai rencontré William Sabatier et je lui ai proposé de jouer en Tunisie. Et depuis, j’ai travaillé sur ce cycle en détails pour que tous soient prêts», nous a expliqué Tahar Khenissi, l’organisateur et le producteur de ce spectacle et surtout le danseur. C’est avec grâce et finesse que ce jeune Tunisien a mené avec Michèle Olhagaray, danseuse professionnelle de tango, la danse «Admirable jeu» qui met le corps au summum de la créativité artistique. Danser, c’est raconter l’histoire de cette passion, c’est être à l’écoute du corps et de l’autre, de son cœur. Michèle et Tahar, un duo qui a écrit avec la gestuelle la plus belle histoire d’amour... pour le tango, soyons précis ! Une histoire bouleversante qui a été bien rythmée grâce au doigté de Sabatier and «co»... Tout est là : l’âme du tango ! «Quejas de Tango»... les plaintes du tango, mais de quoi se plaint-on ? «On se plaint de tout : de l’injustice, de la vie... et surtout des amours», explique Tahar Khenissi. Et d’ajouter «Pour danser le tango, il faut être toujours amoureux... Il faut avoir de la flamme pour cette musique et pour cette danse. Pour moi, c’est un coup de foudre. J’ai découvert le tango il y a six ans et depuis la flamme ne cesse de scintiller». Ceux qui ont raté le spectacle n’ont qu’à aller ce soir (19h00) au TVT pour une séance de rattrapage ! Imen ABDERRAHMANI ___________________________________ Negracha en bref • «Negracha» n’est jamais innocent... car ce mot espagnol signifie «La brune». Derrière cette appellation, William Sabatier se cache... Le célèbre bandonéiste a choisi de se confier à son instrument et de laisser à ce dernier... le dernier mot ! • Spécialiste de la musique d’Astor Piazzolla, William Sabatier est sur la liste des meilleurs bandonéonistes européens. C’est grâce à lui que le Quintette Negracha a vu le jour, jetant la lumière sur le tango contemporain. • Dario Perez, ce violoniste d’origine vénézuélienne est aujourd’hui l’un des grands spécialistes du tango. De sa musique jaillit une grande passion pour le jazz. • Contrebassiste colombien, Mauricio Angarita a déjà à son compte une grande carrière au sein de diverses formations de jazz, pop et rock. • Avec sa guitare, Norberto Pedreira est l’homme le plus heureux du monde... C’est un amour d’enfance qui a évolué et qui a grandi avec le temps et l’expérience. • Seul à son piano, Gabriel Sivak se confie sur ces touches noires et blanches où s’écrivent toutes les passions et tous les rêves.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com