Arrêt de la migration des oiseaux vers l’Afrique : Les experts excluent tout risque de grippe aviaire en Tunisie





Les experts excluent le risque d’apparition de la grippe aviaire en Tunisie en raison de l’arrêt total de la migration des oiseaux, principaux réservoirs du virus H5N1 de l’Europe et l’Asie centrale vers l’Afrique. Tunis - Le Quotidien L’Association des Amis des oiseaux exclut désormais tout risque de grippe aviaire en Tunisie. La migration des oiseaux de l’Europe, l’Asie Centrale et de toutes les zones où la maladie s’est manifestée vers l’Afrique s’est totalement arrêtée depuis début janvier. Reliée à un réseau africain regroupant 116 associations chargées de l’observation des oiseaux migrateurs via Bird Life Internationale (BLI), l’Association tunisienne ne cache pas son soulagement. «Nous disposons de cinq équipes qui sillonnent tout le pays réparti en quatre zones géographiques (Tunis et Nord, Cap-Bon et Centre, Sfax et Golfe de Gabès et Sud). Les opérations de contrôle minutieux que nous effectuons en collaboration avec la commission nationale de lutte contre la grippe aviaire sont rassurantes. Aucun cas suspect n’a été signalé», souligne M. Abdelmajid Debbar, secrétaire général de l’Association. Et d’ajouter: «Nous sommes des bénévoles. On n’a rien à cacher. Même les cas de mortalité signalés n’ont aucun rapport avec la grippe aviaire. Actuellement, il n’y a pratiquement aucun risque dans nos murs». Le retour des oiseaux migrateurs vers l’Europe et l’Asie, qui commence vers la fin février, ne présente pas de risque, étant donné que ces oiseaux font actuellement escale au Sénégal et en Mauritanie tels que les bécasseaux, les gravelots et les pluviers, et au Tchad et Mali tels que les fuligules. Mieux, certains types d’oiseaux ne font pas une escale en Tunisie pendant le retour à leurs pays d’origine puisque les mois de février et mars coïncident avec leurs périodes de reproduction. D’autre part, M. Debbar a précisé que les oiseaux migrateurs ne changent jamais les couloirs aériens par lesquels ils passent. Trois couloirs aériens sont connus. Le premier passe par l’Espagne, Gibraltar et le Maroc. Le deuxième traverse l’Italie, la Sicile et le Cap Bon en Tunisie. Quant au troisième couloir aérien, il passe par l’Egypte, la Jordanie, les pays du Bosphore et la Grèce. Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com