Face à la montée des actions des Talibans : Karzaï appelle le monde à soutenir l’Afghanistan contre le «terrorisme»





3 soldats et 21 civils tués dans deux attentats-suicide Le Quotidien-Agences Le président afghan Hamid Karzaï a appelé hier la communauté internationale à ne pas oublier l’Afghanistan et à continuer d’y combattre le terrorisme pour éviter d’être frappée chez elle, à deux semaines d’une conférence internationale des bailleurs de fonds à Londres. “Les succès remportés par l’Afghanistan depuis quatre ans ne signifient pas que l’Afghanistan peut se tenir debout sur ses propres pieds”, a prévenu Karzaï, tandis que deux attentats-suicides ont fait sept morts, dont un diplomate canadien, dimanche et hier à Kandahar, l’ancien bastion des Talibans, dans le sud du pays. Interrogé lors d’une rencontre avec la presse à Kaboul, le président afghan a martelé que la communauté internationale devait continuer à soutenir son pays, qu’elle porte à bout de bras militairement et financièrement depuis la chute des Talibans à la fin 2001, au nom de la lutte contre le terrorisme. Quelques heures plus tard, un attentat-suicide revendiqué par les Talibans faisait au moins quatre morts (trois soldats et un civil afghan) et une quinzaine de blessés à Kandahar. Un deuxième attentat-suicide dans la ville de Spin Boldak, dans la province de kandahar a fait 20 morts et une vingtaine de blessés. Ces deux derniers attentat-suicides perpétrés dans le sud-est en Afghanistan depuis le début de l’année intervenaient au lendemain d’une attaque similaire, également à Kandahar (où ont eu lieu la plupart des récents attentats, contre un convoi américano-canadien qui a coûté la vie à Glyn Berry, un diplomate canadien de 59 ans, et à deux civils afghans. “Nous regrettons la mort du diplomate canadien, mais il a perdu la vie dans un combat, celui contre le terrorisme, qui est dans l’intérêt de tous, pas seulement des Afghans”, a souligné le président Karzaï. “La communauté internationale est arrivée en Afghanistan au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, avant tout pour éviter d’être frappée par d’autres attaques menées depuis l’Afghanistan”, a-t-il expliqué. “Or, la menace contre les pays occidentaux existe toujours. Et si vous n’arrêtez pas les terroristes ici, vous aurez à le faire en Europe ou ailleurs”, a-t-il ajouté, interrogé sur les hésitations des Pays-Bas à déployer des troupes au sein de la force de l’Otan dans le sud afghan. Le Président afghan a présenté son pays comme une “victime” d’un terrorisme importé de l’étranger, en récusant le terme de “rébellion” et l’idée d’une lutte antigouvernementale menée avant tout par des Afghans.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com