Dans un nouveau coup spectaculaire de la Résistance irakienne : 35 policiers enlevés !





Trente-cinq policiers irakiens ont été enlevés par les hommes armés au Nord et plusieurs autres ont été tués dans une double attaque-suicide à Bagdad où la remise, tant attendue, du rapport d’évaluation des élections législatives du 15 décembre vient d’être annoncé. Le Quotidien-Agences Les forces armées irakiennes et américaines étaient à la recherche de 35 policiers irakiens enlevés par des hommes armés au Nord de Bagdad, a-t-on appris hier de sources policières à Samarra. Les personnes enlevées font partie d'un groupe de 229 candidats à l'académie de police de Bagdad, a déclaré le chef de la police de Samarra, le général Malek Khazraji. "Ces personnes, au nombre de 36 ont été attaquées dans la zone appelée Nibaï (50 km au nord de Bagdad) par des hommes armés, et conduites vers une destination inconnue", a-t-il ajouté. L'une d'elles a réussi à s'enfuir après avoir été blessée et a pu rejoindre Samarra où elle a informé les services de police de l'enlèvement. Elle a raconté qu'ils ont été acceptés à l'académie, avait été interceptés par des hommes armés venus à bord de huit véhicules et ensuite conduits vers une zone désertique. De source militaire américaine, on précise que les enlèvements se sont produits dans le secteur où un hélicoptère Apache venait d'être abattu, provoquant la mort des deux pilotes. En raison de l'accident, la route principale avait été coupée et l'autoubus a dû emprunter une route secondaire sur laquelle se trouvait le groupe rebelle. Les hommes armés ont alors découvert la présence des candidats à la police qui ont été capturés, les autres passagers pouvant poursuivre leur chemin. Toujours sur le terrain, quinze personnes ont été tuées et 23 blessées dans une double attaque hier dans le centre de Bagdad, selon une source de sécurité. La première attaque a été commise quand une voiture piégée a frappé un véhicule de la police près d'un restaurant du quartier Battaouine, situé dans le centre de Bagdad, a précisé cette source, faisant état de trois policiers tués. La deuxième, qui a fait 12 morts, a été perpétré peu après par un kamikaze qui a fait exploser une ceinture d'explosifs dans un café proche, selon cette source. Les deux explosions ont eu lieu vers midi. A Bassorah, dans le sud de l'Irak, un soldat britannique a été légèrement blessé jeudi matin dans l'explosion d'une bombe artisanale au passage d'un convoi militaire. * Remise du rapport Entre-temps, La mission internationale d'experts chargée d'observer les élections législatives irakiennes du 15 décembre, a constaté dans son rapport final que des fraudes ont été commises, mais ne remet pas en cause le résultat final. La Mission internationale pour les élections irakiennes (MIEI) indique dans son rapport qu'elle n'est pas en mesure de préciser l'étendue des fraudes, et n'évoque pas leurs conséquences éventuelles sur le résultat final. La Mission rend hommage au travail effectué par la Commission électorale indépendante irakienne qui, "dans un pays où peu d'institutions gouvernementales fonctionnent avec efficacité, a donné à la vaste majorité des Irakiens l'opportunité de voter". "Ceci est en soit un succès". Le rapport indique toutefois qu'il y a eu des "faiblesses dans l'organisation des élections". Certains bureaux de vote ont manqué de bulletins, et il "y a eu quelques problèmes avec les listes des électeurs". Le rapport remarque que "des fraudes et d'autres violations ont eu lieu". "Elles ont été décrites dans les plaintes déposées, et ont été identifiées" par le système de vérification interne de la Commission électorale. Il ajoute toutefois que "des fraudes supplémentaires sont très probablement passées inaperçues, et qu'il est impossible d'en déterminer l'étendue exacte dans les circonstances actuelles". A aucun moment, le rapport ne remet en cause le résultat final des élections, qui doit être annoncé d'ici la fin de la semaine par la Commission électorale irakienne. Un membre de la Commission irakienne, Abdel Hussein al-Hindaoui, s'est félicité jeudi du rapport de la MIEI, l'estimant "très positif". "Ce rapport insiste sur les mêmes points que la Commission, notamment les difficultés créées par la violence et le manque de formation des personnels" préposés aux opérations électorales», a-t-il dit.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com