E.G.S.G. : El Gaouafel interdit à son tour de recrutements





Le représentant du Sud-Ouest parmi l’élite file du mauvais coton. La grave crise financière se trouve en effet à l’origine du profond malaise qui secoue El Gaouafel de Gafsa dont l’entraîneur Ferid Ben Belgacem a préféré depuis douze jours se retirer en attendant que lui et ses joueurs soient payés. Ben Belgacem doit ainsi au club sudiste quatre salaires impayés alors que les joueurs vont devoir récupérer deux salaires, une dizaine de primes et la 2ème tranche de la prime de rendement. Et cela fait beaucoup dans l’esprit du coach gafsien qui a préféré se retirer, en attendant que le président du club, M. Faouzi Gtari lui fasse signe qu’au moins une partie de ces dûs va être payée pour pouvoir revenir. En attendant c’est l’adjoint Sami Radhouani qui conduit les entraînements et cela fait douze jours que le statu quo persiste sans qu’on ait trouvé une issue à cette grave situation qui aurait, pourtant, dû mobiliser les bonnes volontés et fait réagir le public sudiste. M. Faouzi Gtari, président du club nous rappelle qu’il est malgré tout habitué à gérer ce genre qu’il est malgré tout habitué à gérer ce genre de difficultés financières : “Tous les clubs du pays vivent dans une totale précarité tant ils ne possèdent, hormis quelques subventions, des sources de financement fixes, souligne-t-il. “Malheureusement, les grands hommes d’affaires de la région ne nous apportent pas le soutien espéré comme s’ils ne mesurent pas l’impact et le rayonnement d’une équipe de football qui évolue parmi l’élite sur l’économie et le prestige de toute la région. Personne ne m’a donné un millime et je n’aurai jusque-là entendu que des promesses. Il faut saisir qu’une association vit et prospère grâce à ses hommes et à son public”. M. Gtari attend le retour de Ben Belgacem “sans lequel dit-il je ne conçois pas continuer à exercer à EGSG”. Ben Belgacem de son côté attend qu’on le paie, lui et ses joueurs avant de reprendre de suite le travail. D’ailleurs, la longue trêve tolère ce genre d’attente qui ne devrait pourtant pas s’éterniser d’autant que la crise financière produit des petites déflagrations en chaîne. Ainsi, après le départ de Ben Belgacem (que seul la récupération de ses arriérés financiers rendra donc à de meilleurs sentiments) les chèques impayés font maintenant El Gaouafel de Gafsa est interdit par la FTF de recrutements. En effet, jusqu’à aujourd’hui, les montants de transfert de ses deux joueurs étrangers Kwamé et Bakari n’ont pas été versés au Club Olympique des Transports, soit 25 mille dinars (10 mille pour le premier et 15 pour le second). Alors que ses rivaux dans la course pour le maintien se renforcent et affûtent leurs armes en vue d’une ô combien délicate ligne droite, El Gaouafel attend que les mécènes du Sud-Ouest viennent pomper les caisses et permettre que l’on se concentre uniquement sur le jeu et cet objectif majeur : conserver une place parmi l’élite. S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com