Handball – CAN 2006/ Finale Dames Angola – Tunisie (32-30) : Le métier des Angolaises





La finale Dames a finalement permis à l’Angola de remporter son huitième titre de champion d’Afrique devant une bonne équipe tunisienne. Dès le début de la rencontre, les Angolaises vont profiter de quelques erreurs des nôtres pour prendre une avance de trois buts à zéro qui s’avère en fin de compte décisive. Cependant, les filles de Abderrahmane Hammou vont commencer à grignoter leur retard, grâce surtout à une excellente Hela Msaâd qui sur son aile droite réalise un excellent début du match, et finirent par égaliser 5-5 avant de prendre l’avantage 7-6. A partir de là, les coéquipiers de Raja Toumi vont contrôler le match pour mener au score et faire grimper l’écart jusqu’à trois buts 12-9 puis 13-10 et enfin 15-12. Là, les nôtres vont sérieusement caler et encaisser un 6-0 qui permit aux Trindade et Luisa Kiala de prendre l’avantage au coup de sifflet annonçant la fin de la première période 18-15. * Une remontée inutile Avec ce retard de trois buts, on craignait la décompression pour les filles de Hammou qui donnaient d’ailleurs quelques signes de lassitude, tombant dans la précipitation et ratant d’intéressantes opportunités de recoller à leur adversaire. malgré le réveil de Nour Naïri dans les buts et celui de Rafika Marzouk en phase offensive, l’Angola, plus solide en défense et disposant de quelques joueuses fort agiles, va creuser davantage l’écart 19-23, 22-27 et même 23-29 soit six buts d’avance. A ce moment, on a même craint le pire et l’écroulement de l’équipe de Tunisie. Mais, les camarades de Raja Toumi vont avoir une formidable réaction d’orgueil puisqu’elles vont entamer une belle remontée qui va leur permettre de revenir à trois buts d’écart 27-30 puis même à deux buts 29-31, mais c’était trop tard et les Angolaises finirent par l’emporter 30-32. Une intéressante performance pour nos filles qui semblent avoir les moyens de gravir un nouveau palier si les méthodes et les programmes de préparation sont revus et corrigés. * Formations et buteuses - Tunisie: N. Naïri (11 arrêts), Msaâd et Toumi (6 buts), R. Marzouk (5 buts), Mannaï et Chebbah (4 buts), Khouildi et I. Toumi (1 but). - Angola: Trindade (8 buts), M. Kiala (6 buts), L. Kiala; Tavares E. et Bengue (4 buts), Joaquim, Miguel et Fernandes (2 buts). Abdellatif ____________________________ Méritoire seconde place Disons-le tout de suite, autant le staff technique et les joueuses paraissaient déçus, autant le public s’est montré indulgent, sinon carrément satisfait pour le niveau d’ensemble présenté par ses représentantes tout au long de la compétition. Il faut dire que nos filles n’ont pas démérité et leur participation à cette joute africaine aurait pu connaître un dénouement plus heureux, n’eut été d’abord ce passage à vide connu au cours des cinq dernières minutes de la première période, puis et surtout ce «flottement coupable» de la paire arbitrale égyptienne composée de Hassan Ali et Jamel Farghali. * Les cinq dernières minutes Comme d’habitude, depuis le début de cette compétition, les Tunisiennes ont bien tardé pour rentrer dans le match entamé sur les chapeaux de roue par les Angolaises (0 - 3). Mais Raja Toumi et consorts ont vite fait de retrouver leur punch et leur vitesse de croisière afin d’égaliser au terme de la (10’) grâce aux prouesses des Manaï, Chabah, Messaed Fkih (5 - 5), avant de prendre l’avantage (7 - 6), (9 - 8), (10 - 8), (11 - 9), (13 - 10) et (15 - 12). Or, à partir de ce moment (26’), les protégées de Abderramane Hammou ont calé subitement, ne parvenant plus à rivaliser avec leurs rugueuses adversaires dont les interventions étaient à la limite de la correction, sous l’œil bienveillante de la paire arbitrale qui n’a pas manqué de sanctionner, dans l’autre camp, le moindre contact, résultante logique de cet état, un net (6 - 0) réussi par les championnes en titre, lesquelles allaient clore la première période avec trois buts d’avance à leur actif (15 - 18). Certes, les nôtres ont tout essayé au cours de la seconde moitié du match, mais elles ne pouvaient pratiquement rien face à leurs vis-à-vis angolaises de plus en plus agressives. Ces dernières sont ainsi parvenues à creuser l’écart au fil des minutes (16 - 19), (17 - 20), (19 - 23), (20 - 25), (23 - 29). Le réveil tardif des Tunisiennes n’était pas de nature à leur permettre de contester la huitième couronne des Angolaises (30 - 32)... M.A. ____________________________ Abderrahmane Hammou : “L’expérience des Angolaises a prévalu” Abderrahmane Hammou n’était pas mécontent de la prestation de ses filles à la fin de la finale contre l’Angola. Le coach national estime que “son équipe a atteint les objectifs qu’elle s'était assignés, à savoir parvenir à se qualifier aux prochains Championnats du monde” En outre, ce qui lui a fait d'autant plus plaisir c’est que “ses joueuses ont présenté un handball de qualité et un spectacle intéressant au public”. Revenant sur la finale perdue, A. Hammou considère que “l’expérience des Angolaises a prévalu notamment dans la gestion des moments délicats de ce match. C’est ce qui a fait la différence! En plus nous avions commis trop d’erreurs techniques en début de match qui ont énormément influé sur la tenue mentale de mes filles. Car les Angolaises sont pour leur plupart des joueuses professionnelles qui sont habituées à ce genre de rendez-vous. Enfin, mes joueuses étaient obnubilées par le résultat final du match, ce qui les a poussées à la précipitation”. Par la suite, A. Hammou considère que ses joueuses “ont fait le maximum d’autant plus que l’équipe était pratiquement inactive depuis la dernière CAN en 2004. Elle n’a repris ses activités que depuis le mois de juin dernier. Depuis cette date, les joueuses se sont données à fond, se sont sacrifiées et je ne peux pas leur demander davantage”. Puis se projetant vers l’avenir, Abderrahmane Hammou estime “que si l’on veut continuer à évoluer, il faut faire travailler ces filles plus et mieux tout en intégrant des jeunes afin de les préparer à prendre la relève”. Adellatif ____________________________ Fabuleux Il aura été fabuleux ce public de la salle de Radès. Lui qui a bravé le froid glacial, l’embouteillage monstre et l’horaire indue de la finale pour venir soutenir nos deux équipes nationales tout au long des deux finales (filles et garçons)... à voir cette communion entre le public et les acteurs tunisiens on ressent une bouffée d’air frais qui souffle à chaque grand rendez-vous comme pour nous rappeler que tout Tunisien ne peut que ressentir de la fierté de son appartenance à cette nation... Et on est en droit d’être fier d’un tel public dont l’apport aura été très grand dans le sacre de la Tunisie. En conclusion on peut dire sans risque de se tromper que ce public là a été tout simplement fabuleux. M.A.F.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com