Les jeunes et l’argent de poche : Débrouillardise et gourmandise font bon ménage





A voir l’allure des jeunes gens, l’on remarque que la majorité n’a pas l’air de se priver de quelque chose. Ces jeunes gens s’habillent bien, mangent bien, sont à la page et satisfont leurs caprices. Or, ils n’ont pas de revenu fixe. Comment justement ces jeunes personnes dépensent-ils leur argent de poche ? Quel genre de consommateurs sont-ils? Tunis - Le Quotidien Pour vivre selon les exigences de la vie moderne, il faut vraiment en avoir les moyens. Les choses qui semblaient être autrefois subsidiaires, deviennent essentielles aujourd’hui. Ordinateur, DVD, Webcom, appareil-photo numérique, portable, cartes... Nombre d’outils et de gadgets font partie de la liste prioritaire de jeunes gens tout comme l’habit et la bouffe. D’ailleurs, l’effet de contagion et l’imitation sont des caractéristiques fréquentes chez les jeunes. S’ils voient l’un de ces bidules chez un camarade, ils se tapent les pieds sur terre pour l’avoir. Or, quand on est jeune, on n’a que notre argent de poche. Comment font donc les jeunes pour acheter ce dont ils ont besoin? Saïfeddine, 19 ans, prend environ 2 dinars par jour. Le jeune homme consacre entièrement cette somme à la bouffe. Pour ses autres besoins, il se dérouille... «J’ai un abonnement pour le transport. Mon argent de poche est censé juste suffire pour que je mange comme je veux. Je suis très gourmand et je craque devant les pizzas et les sandwichs. Cela dit, il m’arrive aussi d’acheter quelques cigarettes de temps à autre, mais je ne suis pas un grand fumeur. Pour tout autre genre d’achat, je demande à mes parents. J’ai un ordinateur chez moi et je suis fan de toutes les nouveautés technologiques. Il faut dire que mes parents se montrent généreux pour m’acheter ce dont j’ai besoin et ils m’encouragent pour développer mes connaissances en informatique», dit-il. Jamil, 16 ans, ne reçoit qu’entre 500 millimes et 1 dinar par jour. Et même s’il reçoit peu d’argent, il arrive à faire des économies. «Si jamais je sens un creux, j’achète quelque chose à manger. Le reste, je le mets dans mon tiroir. A la fin de la semaine, je trouve une bonne somme qui me permet d’acheter des magazines, des CD éducatifs ou encore de passer quelques temps dans un publinet. Il faut dire que même si je n’ai pas assez d’argent pour le faire, je demande à mes parents et ils le font avec plaisir. Cela dit, je crois que je serai capable de gérer un grand budget. Le fait de recevoir assez peu d’argent me pousse à bien calculer mes frais et je fais en sorte à ce que je ne reste jamais à sec», dit-il. Belhassen, 18 ans, ne fume pas et il pense que c’est une chance. «Les fumeurs ont toujours un problème d’argent. Dieu merci, je ne suis pas un fumeur et cela me permet de garder aussi bien une santé que d’économiser mon argent. Je reçois environ 2 dinars par jour. Lorsque j’ai faim, j’achète un petit truc à manger. Sinon, je dépense cet argent pour acheter des DVD et des CD. Si j’ai besoin d’une carte de recharge ou de plus d’argent pour aller faire une recherche au publinet je demande à mes parents de m'en donner plus et ils ont toujours été généreux», dit-il. Ahmed, 16 ans, reçoit aussi deux dinars par jour. Le jeune homme arrive à faire beaucoup de choses avec cette petite somme. «D’abord je préfère la cuisine de ma mère à celle des fast-foods. Je mange rarement hors de chez moi. Il m'arrive de ne dépenser aucun sou. Je me mets alors à économiser de l’argent pour acheter des trucs pour ma mère et mes sœurs. Je ne suis pas un amateur de café et je ne fume pas. En outre, lorsque j’ai besoin de quoi que ce soit, c’est ma mère qui me l’achète. Elle prend des magazines, des livres, des CD éducatifs... Elle me donne aussi la somme qu’il faut pour que j’achète les habits qui me plaisent. Par ailleurs, les petits cadeaux que je lui fais, la rendent heureuse et c’est une satisfaction pour moi que de lui faire plaisir comme elle fait tout pour me satisfaire à son tour», dit-il. A.C.O.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com