Faux et usage de faux





Quelques «apprentis politiciens» croient avoir trouvé la combine pour duper certains auditoires étrangers. Parmi eux, une certaine Neïla Cherchour. Cette apprentie-politicienne n’a pas cherché loin. Un beau matin, elle s’est auto-proclamée dirigeante d’un «parti politique». Par ce manège, elle cherchait à s’octroyer frauduleusement une identité de «militante». Cela s’appelle faux et usage de faux ! Faute de passé politique crédible, la pseudo politicienne a inventé, en effet, de toutes pièces, un «parti virtuel» destiné à l’exportation. Dans sa folie des grandeurs, elle s’est bombardée «dirigeante» de cet objet virtuel qu’elle s’échine à présenter comme un «mouvement politique», alors qu’il n’est composé tout au plus que d’elle et de son manucuriste ! Pour compléter son imposture, elle concocta un pot-pourri de mensonges contre son pays, s’employant à le calomnier aussi violemment que possible, afin de satisfaire ses étranges fantasmes. Elle ne se gêne pas non plus pour véhiculer les stéréotypes et les clichés les plus aberrants sur les Arabes et les Musulmans. Elle a même mis en place un site Internet où elle affirme que «la démocratie israélienne» a le droit de se défendre contre «le terrorisme palestinien». Pour elle, aussi, le «Grand Moyen-Orient» n’est qu’un immense bazar où elle peut étaler ses marchandises de pacotille, et duper les consommateurs étrangers peu avertis. Ce qui importe pour cette dame, c’est sa petite image à elle, et rien d’autre. Fort malheureusement pour elle, une chaîne de télévision satellitaire a récemment étalé au grand jour non seulement ses mensonges et ses combines, mais encore, plus grave, son ignorance et ses futilités. Dur, le métier de leader... virtuelle !


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com