«Otages» : Tête-à-tête avec la frayeur…





«Otages» est la nouvelle création du metteur en scène Ezzeddine Gannoun sur un texte de Leïla Toubel. Une pièce qui donne froid dans le dos et dénonce implicitement les tares et les avatars d’un monde aux abois. C’est depuis 1985 que Ezzeddine Gannoun est à la tête du Théâtre El Hamra... Dans cet espace, historiquement riche, Gannoun a donné jour à diverses créations théâtrales qui ont connu un vif succès à l’échelle nationale et internationale. «Tyour Ellil» (1996), «Les feuilles mortes» (1998) et «Nwassy» (2000) en témoignent ! Et c’est aussi entre les murs de ce théâtre que Ezzeddine Gannoun a lancé le premier Centre Arabe et Africain de Formation et de Recherches Théâtrales en 2000. Des stages de formation, des ateliers... et voilà le duo Ezzeddine Gannoun et Leïla Toubel de relancer une nouvelle création qui fera l’objet de plusieurs cycles de représentations, durant le premier semestre de l’année 2006. «Otages», est un mot récurrent sur les colonnes des journaux dans la conjoncture actuelle... une information qui se répète ponctuant les journaux télévisés, mais c’est aussi tout un monde effrayant où se propage l’odeur de la mort... Il faut, simplement, se mettre à la place de ces innocentes victimes pour sentir cette souffrance. «Ils s’apprêtaient à prendre un bateau, traverser le large en quête d’un rêve, d’une identité, d’un avenir, d’un succès. Quelques minutes suffiront pour tout faire basculer... Dans un lieu fermé où toits et murs se resserrent jusqu’à l’étouffement ; des otages, pris au piège d’un groupe de terroristes, se retrouvent dans un huis clos fiévreux, habité par la peur, hanté par la mort. Le temps passe lourd et incertain, bousculé et heurté par des voix qui parlent un langage inconnu mais compréhensible et qui rappellent aux otages que le destin leur file entre les doigts et que la vie ne leur appartient plus... Ca n’arrive pas qu’aux autres... Les autres, c’est eux... Les autres, c’est nous...», écrit-on dans les notes de présentation de cette pièce qui peint l’univers psychologique des preneurs d’otages d’un côté et des malheureux otages de l’autre. C’est une réflexion théâtrale sur plusieurs notions qui se croisent dans ces moments douloureux et délicats comme la peur, le courage, l’affolement. Six corps, six cœurs et six esprits sont invités à faire face à la violence, à l’intolérance, la frayeur face au terrorisme. Lobna Noomo, Rim Hamrouni, Guesala Nafti, Helmi Dridi, Mohamed Hassine Grayaâ et Wahid Ajmi forment la nouvelle équipe de Ezzeddine Gannoun qui a choisi de faire appel à des diplômés de l’Institut Supérieur d’Art Dramatique (ISAD). Produite par le Théâtre El-Hamra avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine, «Otages» porte la griffe de Sofiène Larab au niveau de la chorégraphie, de Rabiî Zamouri pour la musique et Anissa Bdiri pour les costumes. Notons que la première de cette pièce sera donnée le 11 février au Théâtre El Hamra. Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com