Viande ovine : Des stocks pour réguler l’excédent de l’Aïd





Les dispositions pris par le ministère du Commerce en coordination avec structures de production et de commercialisation des ovins à l’occasion de l’Aïd El Idha ont débouché sur un excédent très important de l’offre. Raison pour laquelle une stratégie axée sur la constitution de stocks a été mise en route. Tunis - Le Quotidien La demande en matière d’ovins a été en fin de compte moins importante que prévu durant la période ayant précédé la fête de l’Aïd El Idha. L’offre qui a été estimée à plus de 870 mille têtes d’ovins à cette occasion a dépassé de très loin les besoins réels du marché. Pour définir le volume exact de la demande, on append que les efforts sont axés actuellement sur l’évaluation de l’importance de la faille au niveau du cheptel ovin due à la croissance de la consommation lors de la fête de l’Aïd El Idha. A ce niveau, le Dr. Abdelhamid Sakli, Directeur général du Groupement Interprofessionnel des viandes rouges et du lait a indiqué que son département en coordination avec les structures concernées relevant du ministère de l’Agriculture et des organismes représentant les éleveurs et les professionnels du secteur se penchent actuellement sur le recensement du cheptel excédent. Entre-temps, le ministère du Commerce, qui a décidé à l’occasion du dernier Aïd El Idha de renforcer davantage l’offre à travers l’importation de 2500 carcasses d’ovins, a pris la décision d’arrêter toute opération d’importation et de mettre en route une stratégie visant le stockage de la quantité en surplus. Le DG du groupement précise que le secteur passe en ce moment par une période de soudure face à laquelle est confrontée la filière de la viande ovine après l’Aïd El Idha de chaque année. “Le recours aux opérations de conditionnement de la viande rouge par congélation est une procédure à laquelle on fait appel pour maintenir l’appareil de production à l’abri de tout risque de déséquilibre entre l’offre et la demande pouvant mettre les éleveurs sous pression”, explique-t-il. Dans ce même cadre, au cours de 2004 et à pareille période, on a opté pour la même procédure en mettant en place un stock de près de 100 tonnes de viande ovine. Le Dr. Sakli a estimé par ailleurs que la production ovine pour la saison prochaine coïncidant avec le printemps s’annonce sous de bons auspices dans la mesure où les régions de production dont 80% se situent au centre et au sud du pays passent par une bonne période faste en matière de pluie, ce qui aura des répercussions très positives au niveau du pâturage pour le bétail. H.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com